Stimulation laser - stimulation laser des yeux et des yeux.

La myopie

La stimulation visuelle du laser est une méthode moderne de prévention et de traitement de la vision par faisceau laser, développée sur la base de nombreuses années de recherche. La stimulation laser de l'œil et de la rétine élimine non seulement bon nombre des effets négatifs de la fatigue oculaire, mais donne également des résultats positifs durables.

Le plus souvent, la méthode est prescrite aux personnes ayant une prédisposition héréditaire aux maladies des yeux, ainsi qu’à celles qui sont obligées de passer beaucoup de temps sur un ordinateur ou sur des documents, ce qui implique une fatigue oculaire assez importante. Comme, à l’heure actuelle, la plupart des professions impliquent, d’une manière ou d’une autre, de travailler avec du matériel informatique, un nombre assez important de personnes appartenant au groupe à risque.

Indications pour la stimulation laser

La stimulation de la vision avec un laser est prescrite en présence des indications suivantes:

  • déficience visuelle. Ceux-ci incluent l'hyperopie et la myopie, l'astigmatisme, l'amblyopie (le "œil paresseux", un syndrome dans lequel la déficience visuelle ne peut pas être corrigée avec des lunettes ou des lentilles de contact);
  • syndrome de l'ordinateur visuel. Se produit lorsqu'une charge excessive survient lorsque vous travaillez avec le moniteur. Les patients atteints de ce syndrome se plaignent souvent d'une sensation de brûlure aux yeux, d'une sensation de sable ou d'un corps étranger, de douleurs, d'une vision floue, de problèmes de commutation de la vue d'objets lointains vers leurs voisins et inversement, d'une rougeur des yeux;
  • fausse myopie ou spasme d'accommodation. La maladie se développe le plus souvent sur le fond de la dystonie végétative-vasculaire;
  • dystrophie rétinienne primaire et secondaire, dans laquelle une stimulation rétinienne au laser est appliquée;
  • le stade initial de l'hypermétropie d'âge;
  • processus inflammatoires aigus dans les membranes de l'œil et ses appareils auxiliaires (y compris la conjonctivite);
  • hémorragies intraoculaires (hémophtalmie et hyphema).

En outre, la stimulation visuelle au laser est utilisée en tant que composante de la thérapie dans le traitement complexe du strabisme, l’atrophie partielle du nerf optique, ainsi que dans la formation de la vision binoculaire et la réduction de l’angle du strabisme.

Avantages de la méthode

La thérapie au laser pour les yeux présente plusieurs avantages, qui sont préférés par les ophtalmologistes modernes. Ces avantages comprennent:

  • non invasif. Contrairement à la correction au laser, qui est en fait une intervention chirurgicale, la thérapie au laser est une méthode sans contact visant à traiter les structures de l’œil;
  • l'absence pratique de réactions allergiques, contrairement à diverses gouttes oculaires présentant un certain nombre d'effets secondaires;
  • absence de douleur et de malaise perceptible pendant la procédure;
  • effectué en position assise;
  • immédiatement après la procédure, vous pouvez retourner à vos activités habituelles, il n’est pas nécessaire de rester au lit ou d’être hospitalisé;
  • La stimulation visuelle au laser convient non seulement au traitement, mais également à la prévention des déficiences visuelles;
  • contre-indications minimales;
  • traitement possible des enfants à partir de 3 ans;
  • résultat à long terme.

Contre-indications à la procédure

La stimulation des yeux avec un laser n'est pas possible avec:

  • les néoplasmes.
  • troubles sanguins systémiques.
  • crise cardiaque aiguë ou accident vasculaire cérébral.
  • de la grossesse.
  • syndrome diencephalique.
  • maladie hypertensive.

Cours de traitement

Avant la procédure, le patient subit un examen ophtalmologique complet. Si nécessaire, des visites chez d'autres médecins (cardiologue, médecin généraliste, etc.) sont également programmées.

Le choix du mode de procédure (prévention ou stimulation) est effectué par le médecin en tenant compte des preuves et de l'historique de la maladie. Les procédures préventives sont effectuées 1 à 2 fois, le traitement comprend 10 à 12 séances. La durée de chaque session est de 15 minutes maximum. L'effet du laser n'est pratiquement pas ressenti pendant les procédures et est absolument indolore.

Une fois les procédures terminées, l’acuité visuelle est vérifiée, ce qui montre dans la plupart des cas l’efficacité de la thérapie oculaire au laser.

L'efficacité de la procédure

Le résultat de la stimulation laser dépend de nombreux facteurs, notamment des qualifications du médecin et du type de maladie oculaire chez le patient. Les facteurs héréditaires et l'état général du corps ne jouent pas le dernier rôle. Cependant, la stimulation oculaire au laser montre une efficacité élevée dans la prévention et le traitement des déficiences visuelles et des maladies des yeux.

Le secret de la méthode consiste à améliorer la microcirculation de l'œil, obtenue par irradiation avec des lasers à basse énergie, tandis que la nature de la réaction des structures de l'œil est déterminée par l'état initial des vaisseaux. Ainsi, lorsque les spasmes se produisent, les vaisseaux sanguins se dilatent et, lors de l’effondrement, leur tonus augmente. Un autre aspect important de l'exposition au laser est la stimulation de la circulation de la lymphe, qui augmente le métabolisme dans la rétine.

Coût de la procédure

Le prix de la stimulation laser n’est pas élevé, il coûte en moyenne 150 roubles par séance. Si vous devez passer par 10 à 12 séances, le coût sera de 1 800 roubles.

Stimulation laser du nerf optique de faible intensité (A22.26.032)

Arbre de services médicaux

  • A22 Type - traitement utilisant des effets de rayonnement (son, lumière, ultraviolets, laser)
  • A22.26 Physiothérapie instrumentale. Section - Orgue de vue
  • A22.26.032 Stimulation laser du nerf optique à basse intensité (Code sélectionné dans la gamme de services médicaux)
  • Codes associés:
  • A22.26.001 Coagulation au laser des foyers de kératite
  • A22.26.002 Coagulation au laser des néoplasmes des vaisseaux de la cornée, de l'iris
  • A22.26.003 Stimulation laser cornéenne
  • A22.26.004 Corepraxia au laser, discision de la capsule postérieure du cristallin
  • A22.26.005 Iridectomie au laser
  • A22.26.006 Lazergoniotrabeculopuncture
  • A22.26.007 Trabéculospasis au laser
  • A22.26.008 Acupuncture au laser de l'organe
  • A22.26.009 Coagulation focale par laser du fond d'oeil
  • A22.26.010 Coagulation au laser panrétinal
  • A22.26.011 Destruction laser des néoplasmes de la rétine, des paupières, de la conjonctive, de la choroïde
  • A22.26.012 Stimulation laser rétinienne
  • A22.26.013 Destruction laser de l’hyphème
  • A22.26.014 Kératoplastie réfractive au laser
  • A22.26.015 Thermothérapie du néoplasme de la rétine, de la choroïde
  • A22.26.016 Vitreolyse au laser
  • A22.26.017 Endolasercoagulation
  • A22.26.018 Cyclocoagulation transsclérale au laser
  • A22.26.019 Goniododetsometopunktura au laser
  • A22.26.020 Synécholyse laser
  • A22.26.021 Stimulation laser du muscle ciliaire
  • A22.26.022 Coagulation au laser de l'intervalle de cyclo-dialyse
  • A22.26.023 Trabéculoplastie au laser
  • A22.26.024 Rayonnement ultraviolet (local) pour les maladies de l'oeil et ses sinus paranasaux
  • A22.26.025 Effet ultrasonique en cas de maladie des yeux
  • A22.26.026 médicaments Ultrafonoforez pour les maladies des organes de la vision
  • A22.26.027 Irradiation au laser dans les néoplasmes des annexes
  • A22.26.028 Excision laser dans les néoplasmes des annexes
  • A22.26.029 Coagulation rétinienne sectorielle
  • A22.26.030 Dacryocystorhinostomie au laser
  • A22.26.031 Réticulation du collagène cornéen par rayonnement ultraviolet
  • A22.26.033 Coagulation transsclérale à la diode de la périphérie de la rétine et / ou du corps ciliaire
  • A22.26.034 Endodiathermocoagulation

Le contenu

Les titres

Classification

Ordre du Ministère de la Santé de la Fédération de Russie

A / B XX.XXX.XXX.XXX
↑ ↑ ↑ ↑
| | | | | ______ numéro ordinal de sous-groupe
| | | | ______________ numéro de série du groupe
| | | _______________________ subdivision des services médicaux
| | _____________________________ section des services médicaux
| ___________________________________ classe services médicaux

Le code de service est composé d’un chiffre alphanumérique de 8 à 11 (12 *) caractères.
Le premier signe indique la classe de service, les deuxième et troisième signes renvoient à la section (type de service médical), les quatrième et cinquième signes (sixième *) représentent une sous-section (domaine anatomique et fonctionnel et / ou une liste de spécialités médicales), du sixième au onzième signe (du septième au troisième signe). le douzième *) est le numéro de séquence (groupes, sous-groupes).

3. La liste des services médicaux est divisée en deux classes: "A" et "B", construites sur une base hiérarchique (décrite ci-dessus).

Le moyen de stimuler le nerf optique

L'invention concerne la médecine et est destinée à stimuler le nerf optique. Effectuer un effet laser sur la zone de projection des centres visuels corticaux en mode continu avec une capacité de 5-10 mW pendant 5 minutes pour chaque champ, deux champs par procédure. Ensuite, l'électrostimulation des points de sortie des branches du nerf trijumeau des deux côtés est effectuée avec un courant exponentiel d'une durée d'impulsion de 500 ms avec une fréquence de 1 Hz, une amplitude de courant de 0,5-5 mA avant l'apparition de phosphènes et une durée de traitement de 1 minute. 5-10 procédures par jour. La méthode permet d’accroître l’efficacité de la stimulation du nerf optique.

L'invention concerne le domaine de la médecine, à savoir la physiothérapie, et peut être utilisée dans le traitement de patients présentant des troubles dystrophiques de l'analyseur visuel.

Il existe une méthode de stimulation laser d'un nerf spectral par un laser à hélium-néon à action continue, lorsqu'une grille d'interférence est formée directement sur la rétine de l'œil, qui est un agent stimulant (V. Avetisov, G. Belalova. Méthode de traitement d'une amblyopie dysbinoculaire par interférence laser ». Bulletin of Ophthalmology ", 6, 1985, p. 57-60).

L'inconvénient de cette méthode est sa faible efficacité et son incapacité à utiliser le support transparent modifié de l'œil.

Il existe une méthode de stimulation du nerf optique dans le traitement de maladies du tractus optique, comprenant l’impact sur la surface projetée du champ magnétique pulsé du cortex visuel, synchronisé avec les fréquences de l’activité électrique du cerveau simultanément à l’électrostimulation percutanée des paupières et à la photostimulation.

L'inconvénient de cette méthode réside dans les contre-indications générales et locales, telles que tendance hémorragique, trouble hémorragique antérieur de la circulation cérébrale, impossibilité d'exécuter des effets au début de la période postopératoire et des processus inflammatoires des paupières (blépharite, conjonctivite, uvéite) en raison de l'emplacement de l'électrode. ainsi qu'un changement dans le milieu transparent de l'oeil pendant la photostimulation.

Le plus proche est la méthode de stimulation du nerf optique, y compris les effets combinés électriques et laser de la méthode de stimulation simultanée électrique et laser combinée du nerf optique. "Ophtalmochirurgie", 2, 1995, p. 42-47).

L'inconvénient de cette méthode est le caractère envahissant et laborieux de la technique, l'impossibilité de la mettre en consultation externe, la préparation spéciale de l'électrode lumineuse avec sa fixation avec des sutures sur le nerf optique, l'exclusion de la rétine de la zone d'influence des physiofacteurs.

Les auteurs ont pour tâche d'éliminer ces inconvénients en effectuant une stimulation à plusieurs niveaux de l'analyseur visuel en raison de la longueur, éliminant ainsi l'impact directement sur la zone de l'œil affecté.

La méthode vous permet d’avoir un impact quel que soit l’état du média transparent de l’œil, la présence du composant inflammatoire, avant et pendant les premières périodes après la chirurgie (2 jours).

Pour ce faire, dans le procédé de stimulation du nerf optique, qui comprend des effets électriques et laser combinés, il est proposé de réaliser des effets laser IR sur la zone de projection des centres visuels corticaux en mode continu avec une capacité de 5 à 10 mW pour chaque champ, puis deux champs par procédure, puis une électrostimulation points de sortie du nerf trijumeau des deux côtés avec un courant exponentiel d'une durée d'impulsion de 500 ms avec une fréquence de 1 Hz, une amplitude de courant de 0,5 à 5 mA avant l'apparition des phosphènes et pendant 1 minute pour chaque après leur apparition, le traitement dure 5 à 10 interventions par jour.

Le fait que la stimulation du nerf optique soit réalisée par une exposition séquentielle du laser et du courant électrique dans ces modes fournit des synergies et la possibilité d'influencer tous les liens de la pathogenèse en raison de la différence de mécanisme d'action.

Une exposition laser continue élimine la possibilité de dommages aux cellules nerveuses du système nerveux central et n'affecte pas les paramètres rythmiques de l'activité bioélectrique du cerveau.

Le mode de stimulation électrique proposé vous permet de définir une différenciation claire de chaque sensation de lumière - phosphène - et est confortable et physiologique pour les patients. L'impact sur tous les points de sortie du nerf trijumeau (par le système de reflux de clignement) permet une influence directe sur l'appareil nucléaire du médullo oblongata et du pons.

La méthode est la suivante.

Initialement, l'irradiation par laser IR de la zone de projection des centres visuels corticaux à partir de l'appareil Isel-2 est effectuée, en mode constant pendant 5 minutes par champ, à raison de 2 champs par procédure. Ensuite, l'électrostimulation des points de sortie des branches du nerf trijumeau des deux côtés est réalisée à l'aide d'une électrode ponctuelle (cathode) de l'appareil Neuropulse, l'anode étant placée à la main sur la surface palmaire. L'électrostimulation est réalisée avec un courant de forme exponentielle avec une durée d'impulsion de 500 ms, avec une fréquence de 1 Hz, avant l'apparition des sensations visuelles - phosphènes. Chaque point est stimulé pendant 1 minute. Au cours de la procédure, le patient fixe son œil à la source des sensations visuelles les plus vives. Le cours de traitement fournit 5-10 procédures par jour. Les paramètres de la stimulation électrique sont dus à la manifestation la plus nette de sensations visuelles - phosphènes - chez les patients.

Patient 3., 61 ans, diagnostic, aphakie postopératoire, dystrophie rétinienne de l'oeil droit, cataracte compliquée incomplète de l'œil gauche. À la réception, l'acuité visuelle avant traitement: dans l'œil droit de 0,2 avec une correction de +12,0 D, dans l'œil gauche de 0,06 ne corrige pas. PIO de 20 mm Hg sur les deux yeux. La fréquence critique de la fusion du scintillement est réduite: à l'oeil droit à 26 Hz, à l'œil gauche à 32 Hz. Le seuil de sensibilité électrique est augmenté et la labilité du nerf optique est réduite à droite et à gauche - 90 µA / 60 Hz.

Les études électrorétinographiques ont reflété les changements prononcés dans les couches extérieures de la rétine à droite et les changements initiaux dans le faisceau papillomaculaire à gauche, l'amplitude de l'onde «a» de l'ERG sous-normale à droite - 37 μV et à l'œil gauche - 63 μV; l'amplitude de l'onde "en" ERG dans la plage normale, mais inférieure sur l'œil droit - 220 µV, sur l'œil gauche - 300 µV; reproduction du rythme dans la plage normale, mais le rythme de 30 Hz est plus faible à droite - 23 Hz, qu'à gauche - 56 Hz; rythme 40 Hz - droite et gauche pour 20 Hz.

7 séances de stimulation laser par le laser infrarouge du lobe occipital et de stimulation électrique selon la méthode du réflexe de clignement ont été réalisées.

L'irradiation laser IR a été réalisée sur la zone de projection des centres visuels corticaux de l'appareil Isel-2, en mode constant pendant 5 minutes par champ à une puissance de 6 mW, 2 champs par procédure. La stimulation électrique des points de sortie des branches du nerf trijumeau des deux côtés a été réalisée avec une électrode ponctuelle (cathode) de l'appareil Neuropulse, l'anode étant placée à la main sur la surface palmaire. La stimulation électrique a été réalisée avec un courant exponentiel avec une durée d'impulsion de 500 ms, avec une fréquence de 1 Hz, avec une amplitude de courant de 2,5 mA dans la première procédure et de 1,5 mA dans la dernière procédure en fonction de l'apparition de sensations visuelles - phosphènes. Chaque point a été stimulé après l'apparition de phosphènes pendant 1 minute. Au cours de la procédure, le patient a fixé son regard à la pointe des sensations visuelles les plus vives.

Au cours du traitement a été effectuée une surveillance ophtalmologique de l'état des fonctions visuelles. À la fin du traitement, l’acuité visuelle de l’œil droit augmentait de 0,2 à 0,4 (avec une correction de +12,0 D), l’acuité visuelle de l’œil gauche demeurait inchangée (en raison de la pathologie du support optique de l’œil). Les études électrophysiologiques ont montré une tendance à améliorer l'état des processus métaboliques dans la partie postérieure de l'œil à la suite du traitement. Une augmentation de l'amplitude de l'onde «a» de l'ERG à 54 μV à droite et jusqu'à 70 μV à gauche a été mise en évidence; augmenter l'amplitude de l'onde "en" ERG à 300 µV à droite et jusqu'à 330 µV à gauche; la reproduction du rythme était maintenue dans la plage normale, mais le rythme de 30 Hz à droite était toujours inférieur - 48 Hz, à gauche - 54 Hz; rythme 40 Hz - droite et gauche pour 20 Hz. La sensibilité électrique et la labilité du nerf optique ont presque augmenté pour revenir à la normale: 60 µA / 45 Hz à gauche et 63 µA / 37 Hz à gauche.

Patient H., 23 ans, diagnostic: néovascularisation secondaire 111 (c) glaucome, cataracte compliquée incomplète de l'œil droit, rétinopathie diabétique des deux yeux. Diabète de type 1. À la réception, acuité visuelle avant traitement: 0,02 ne corrige pas à l’œil droit, 0,1 à gauche et corrige - 2,0 D 0,2. PIO 39 mm Hg dans l'œil droit, 19 mm Hg. Art. sur l'oeil gauche. Le champ de vision à droite n'est pas déterminé, le total à gauche est de 480 degrés. Traitement: avec hypotension je / m

Après avoir pris des mesures aiguës sur l’œil droit, des études électrophysiologiques ont été effectuées et les résultats suivants ont été révélés. Détermination de la fréquence critique de fusion du scintillement: à l'œil droit - non déterminé, à l'œil gauche dans la plage des valeurs normales - 35 Hz. Détermination de la sensibilité électrique et de la labilité du nerf optique: à droite - l’œil n’est pas sous tension, la sensibilité électrique et la labilité du nerf optique ne sont pas détectées (plus de 300 μA); à gauche - on découvre des modifications modérées dans toutes les couches de la rétine et une diminution modérée de la conductivité du nerf optique, le seuil de sensibilité électrique est augmenté et la labilité du nerf optique est réduite - 107 μA / 35 Hz. Dans le contexte de la thérapie, 7 séances supplémentaires de stimulation au laser du lobe occipital et de stimulation électrique selon la méthode du réflexe de clignement ont été effectuées comme décrit dans l'exemple 1.

La surveillance ophtalmologique de l’état des fonctions visuelles a révélé ce qui suit. Une fois le traitement terminé, l’acuité visuelle de l’œil droit s’est légèrement améliorée, passant de 0,02 n / a à 0,06 n / c, mais elle est restée pratiquement basse en raison d’une violation de la transparence du support optique de l’œil. L'acuité visuelle dans l'œil droit est passée de 0,2 à 0,4 (avec une correction de +12,0 D). La dynamique des études électrophysiologiques a révélé une tendance à l’amélioration aux premiers stades du traitement. Détermination de la sensibilité électrique et de la labilité du nerf optique: le phosphène est apparu à droite - 297 µA / 30 Hz, ce qui traduit toutefois une diminution importante de l'excitabilité du neurone II-III de la rétine et du faisceau papillomaculaire du nerf optique. Sur l'œil gauche, le seuil et la labilité du nerf optique avec pratiquement aucune dynamique - 105 μA / 37 Hz, c'est-à-dire une augmentation modérée de la labilité du nerf optique, des modifications modérées des couches internes de la rétine et une diminution modérée de la conductivité du nerf optique sont restés. La détermination de la fréquence critique du scintillement dans les deux yeux ne révèle pas de changements dynamiques: à droite, comme auparavant, le scintillement n'est pas détecté, à l'œil gauche - 34 Hz.

Patient F., 9 ans, diagnostic: astigmatisme hypermétropique, amblyopie du degré moyen des deux yeux. Lors de la saisie de l'acuité visuelle avant traitement: à l'œil droit = ​​0,2 avec correction +2,0 sphères et +1,0 axe du cylindre D 90 degrés = 0,6, à l'œil gauche = 0,3 avec correction + 2,0 Sphère D et +1,0 D axe du cylindre 90 degrés = 0,6. La détermination de la fréquence critique de la fusion du scintillement a révélé une baisse significative des performances: 17 Hz à l'œil droit, 19 Hz à l'œil gauche. Seuil de sensibilité électrique et de labilité du nerf optique: dans les deux yeux, modifications modérées des couches internes de la rétine, plus à gauche, labilité du nerf optique dans les limites normales (106 μA droite / 50 Hz, 122 μA gauche / 48 Hz). Des études électrorétinographiques ont révélé: à droite, des modifications modérées des couches externe et médiane de la rétine dans la région centrale, des modifications significatives de la région maculaire de la rétine; à gauche, modifications importantes de la couche externe, modifications modérées des couches médianes de la rétine dans la région centrale, modifications de la région maculaire de la rétine. L'amplitude de l'onde "a" ERG: sous-normale à droite - 53 µV et considérablement réduite à l'œil gauche - 10 µV; l'amplitude d'onde "in" ERG est réduite (163 µV sur l'œil droit, 172 µV sur l'œil gauche); la reproduction du rythme de 30 Hz est réduite (à droite - 12 Hz, à gauche - 17 Hz); le rythme de 40 Hz est abaissé (à droite 10 Hz, à gauche 14 Hz). 7 séances de stimulation laser du lobe occipital et de stimulation électrique en utilisant la méthode du réflexe de clignement (comme décrit dans l'exemple 1) ont été effectuées.

Au cours du traitement, les fonctions visuelles ont changé comme suit. Augmentation de l’acuité visuelle après la fin du traitement: œil droit = ​​0,5 avec correction +2,0 D sphère et +1,0 D axe du cylindre 90 degrés = 0,8, sur l’œil gauche = 0,5 avec correction +2, 0 sphère D et +1,0 D axe du cylindre 90 degrés = 0,8. La détermination de la fréquence critique de la fusion du scintillement n'a pas révélé la dynamique des indicateurs: 18 Hz à l'œil droit, 18 Hz à l'œil gauche. Le seuil de sensibilité électrique et la labilité du nerf optique dans les deux yeux sont restés presque modérés, mais le seuil de gauche a diminué, la labilité du nerf optique est restée dans la plage normale (115 µA droite / 48 Hz, 105 µA gauche / 47 Hz). Les études électrorétinographiques ont mis en évidence une augmentation de l'amplitude des réponses haute fréquence (reproduction du rythme de 30 Hz à droite - 37 Hz, à gauche - 36 Hz, le rythme de 40 Hz s'est moins réduit à droite - 15 Hz et à gauche - 18 Hz); l'amplitude de l'onde "a" augmentée (à droite 44 µV et à l'oeil gauche à 73 µV), l'amplitude de l'onde "en" ERG est restée réduite au même niveau (à droite, 183 μV, à gauche - 167 μV).

La méthode proposée se caractérise par la simplicité technique de la procédure, la possibilité d’impact dans les premières périodes après la chirurgie, la violation de la transparence de l’œil, la présence du composant inflammatoire et des phénomènes hémorragiques, la normalisation de l’activité des voies conductrices et de la rétine avec formation prononcée de phosphènes, susceptibles d’augmenter considérablement l’efficacité et de réduire le temps de traitement.

Méthode de stimulation du nerf optique, combinant des effets électriques et laser, caractérisée en ce que les effets laser IR sont effectués sur la zone de projection des centres visuels corticaux en mode continu avec une capacité de 5 à 10 mW pendant 5 minutes pour chaque champ, puis de deux champs par procédure, puis stimulation électrique des points de sortie des branches du nerf trijumeau des deux côtés avec un courant de forme exponentielle d'une durée d'impulsion de 500 ms avec une fréquence de 1 Hz, une amplitude de courant de 0,5 à 5 mA avant l'apparition des phosphènes et pendant 1 min à chaque point suivant leur traitement, la durée du traitement est de 5 à 10 procédures par jour.

Stimulation magnétique et laser du nerf optique

La stimulation magnétique et laser du nerf optique est une méthode de traitement de l’atrophie du nerf optique. La magnétostimulation est l'effet sur le nerf optique d'un champ magnétique alternatif, ce qui améliore l'apport sanguin aux tissus et active leurs processus métaboliques. Lorsque l'électrostimulation a le même objectif, des impulsions électriques de certains paramètres sont utilisées.

© 2018 KF FGAU "NMITS" MNTK "Microchirurgie des yeux". Acad. S.N. Fedorov, ministère de la Santé de Russie.
La copie du contenu du site est interdite sans référence à la source.

Téléphone sans frais de succursale

Résumé et thèse de médecine (14.00.08) sur le sujet: Méthode de stimulation simultanée combinée électrique et laser du nerf optique dans le traitement de l'atrophie d'origines diverses

Résumé de la thèse de médecine sur la méthode de stimulation simultanée électrique et laser combinée du nerf optique dans le traitement de l'atrophie d'origines diverses

MINISTÈRE DE LA SANTÉ DE RUSSIE COMPLEXE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE ENTRE BRANCHES "MICROCHIRURGIE DES YEUX"

comme un manuscrit

GADZHIEVA Nuria Sanievna

METHODE DE STIMULATION ELECTRIQUE ET LASER COMBINEE A UN SEUL TERME DU NERF VISUEL DANS LE TRAITEMENT DE L’ATROPHIE DE GENESES DIFFERENTES.

Résumé de thèse pour le diplôme de candidat en sciences médicales

Les travaux ont été effectués dans le complexe scientifique et technique interdisciplinaire "Microchirurgie des yeux" du ministère de la Santé de Russie et au département des maladies des yeux de l'Ordre de Moscou de la bannière rouge du Laboratoire de médecine dentaire. N.A.Semashko.

Superviseur: docteur en sciences médicales, professeur L.F.Lynnik.

Opposés officiels: docteur en sciences médicales, professeur E.N.Mironova, docteur en sciences médicales Yu.M.Koretskaya.

L’organisme principal est l’Académie de médecine russe pour les études de troisième cycle.

La soutenance de la thèse aura lieu ".". 1994 à

14 heures à la réunion du conseil spécialisé pour la protection des thèses du diplôme de docteur en sciences médicales (D.084.42.01) à l'IRTC "Microchirurgie des yeux" de la Fédération de Russie (127486, Moscou. Boulevard Beskudnikovsky, 59a).

Le mémoire peut être trouvé dans la bibliothèque de l'Institut.

Le résumé est distribué ".". 1994

Secrétaire scientifique du conseil spécialisé, candidat des sciences médicales

DESCRIPTION GÉNÉRALE DES TRAVAUX.

L'urgence du problème. L’atrophie du nerf optique (AZN) est l’une des principales causes de la basse vision et de la cécité - 20,5 à 21% chez les aveugles et les malvoyants (E.S. Lkbman, 1989). La prévalence des incapacités dues à l'atrophie optique a doublé au cours des 10-15 dernières années (E.S. Libman, 1989). Parmi les causes de l'atrophie du nerf optique, diverses maladies du système nerveux central prédominent, notamment les lésions cérébrales traumatiques 40,1 à 57,7% (E.S. Libman. 1989).

Le traitement de l'atrophie optique est une tâche difficile. Avec traitement complexe de vasodilatateurs, médicaments anti-sclérotiques, vitamines du groupe B; Lors de l'utilisation de la thérapie tissulaire selon Filatov, de la physiothérapie sous forme d'effets sur la région cervicale du système nerveux sympathique, une amélioration est survenue dans 27,7 à 30,6% des cas. La thérapie par ultrasons est plus efficace dans les cas d'atrophie apparue après une névrite rétrobulbaire et les troubles vasculaires et est inefficace dans les cas d'AZN après une encéphalite et une méningite (E.Zh.Tron, 1955, N.M.Golod, 1975, N.B.Shulpina. 1985 Friedman, 1989).

Au cours de la dernière décennie, dans le traitement de l'atrophie du nerf optique, l'utilisation active d'effets électriques, magnétiques et optiques a commencé. Selon un certain nombre d'auteurs, l'efficacité de diverses méthodes d'électrostimulation avec atrophie du nerf optique est de 46 à 75%, la stimulation magnétique de 30 à 68% (V. A. Khilko, 1984, L. F. Linnik. 1989, 1990, M. I. Ramazashvili, 1991).

Ces dernières années, de nombreuses études ont été publiées dans la littérature étrangère sur les effets du rayonnement laser à hélium-néon (He-Ne) de faible intensité sur les nerfs périphériques de mammifères (M.I. Kuliakin, 1982, M. Belklin, 1989, M. Schwartz, 1987). Rochkind S et al.

Les radiations du nerf sciatique endommagé des rats ont révélé un effet positif de la stimulation laser. Ces études expérimentales ont montré que le rayonnement d'un laser He-Ne prévient les conséquences des dommages post-traumatiques sur le tissu nerveux des mammifères (S.Rochklnd, 1987, 1989).

Assia et Rosner ont irradié le nerf optique (MN) de rats He-Ke avec un laser transpullare après son endommagement préliminaire et ont montré que le rayonnement laser empêche la désintégration morphologique du tissu nerveux; assure la prolifération des oligodendrocytes et des astrocytes et ainsi la restauration de la membrane myéline (E. Assia, 1939). Les publications disponibles sur la stimulation laser du nerf optique reposent sur la stimulation de la lumière par les quanta des structures neurales de la rétine au cours de l'irradiation transpupillaire du fond de l'œil (0.S. Abramova.1983, MI Kulya-kin, 1S82, E.Assia, 1989, M. Schwartz, 1989). Les données sur l'irradiation directe du nerf optique par le laser He-Ne pour le stimuler ne sont pas disponibles dans la littérature.

Des études préliminaires in vitro menées par MNTK "Microchirurgie des yeux" en collaboration avec le département de biophysique de l'Université d'État de Moscou, du nom de Lomonossov, ont permis d'établir que sous l'influence du rayonnement laser He-Ne, des processus augmentaient la sensibilité de la membrane de fibre nerveuse excitable à la stimulation électrique.

Les données scientifiques présentées, la prévalence d’une atrophie partielle du nerf optique due à une lésion cérébrale traumatique, la faible efficacité des interventions thérapeutiques traditionnelles ont incité à rechercher une nouvelle méthode pathologiquement saine de traitement de l’atrophie du nerf optique impliquant une combinaison de stimulation électrique et de thérapie au laser stimulante.

Objectif: Le but de cette étude est de créer un essai clinique d’une nouvelle méthode de traitement de l’atrophie du nerf optique: la stimulation laser et électrique combinées directes du nerf optique.

Objectifs de la recherche: Pour atteindre cet objectif, les tâches suivantes ont été définies:

1. Créez un modèle expérimental d’atrophie partielle du nerf optique (toxique, traumatique).

2. Etudier l’effet du rayonnement laser à basse énergie d’une longueur d’onde de 632 nm sur un nerf optique sain dans l’expérience.

3. Etudier l’image morphologique et fonctionnelle de l’atrophie expérimentale du nerf optique.

4. Étudier l'influence de la stimulation laser directe et de la stimulation électrique sur le nerf visuel dans l'expérience (sur des modèles d'atrophie partielle de O1).

5. Tester en clinique une méthode de stimulation laser et électrique simultanée du nerf optique présentant une atrophie d'origines diverses.

6. Étudier les résultats cliniques et fonctionnels immédiats de la stimulation laser et à stimulation électrique du nerf optique en une étape.

La nouveauté de la recherche scientifique et la valeur pratique du travail.

À la suite de ce travail, de nouvelles données scientifiques ont été obtenues:

- Un nouveau modèle d'atrophie partielle post-traumatique du nerf optique a été créé pour étudier les effets de la stimulation électrique et laser dans cette pathologie.

- Il a été établi que l’irradiation au laser d’un nerf optique intact par un rayonnement diffusé d’une longueur d’onde de 632 nm et d’une puissance de 0,4 à 1,0 mW ne nuit pas à ses structures. Ces valeurs de l'énergie de rayonnement du laser He - ^ 'e peuvent être considérées comme sûres pour les yeux.

- Pour la première fois, une méthode a été proposée pour appliquer le rayonnement laser directement à EZ par orbitotomie transconjonctivale (dans l'expérience) afin d'implanter une ponction rétrobulbaire d'une électrode lumineuse sur le nerf optique (en clinique).

- Dans l'expérience, il a été constaté qu'après une stimulation électrique, laser et combinée, le taux d'excitation le long de la 3N augmentait. La stimulation électrique et laser combinée directe augmente l'excitabilité des structures membranaires nerveuses sensibles à la stimulation électrique.

- Pour la première fois, il a été établi que, sous l’influence de l’électronoscopie en une étape, une réestimulation de MN, une réorganisation structurelle des gaines de myéline se produit autour des axones restants.

- Pour la première fois, l'approbation clinique de la méthode de stimulation simultanée électrique et laser combinée du nerf optique a été réalisée.

Approbation du travail: les principales dispositions de la thèse ont été présentées et discutées lors des conférences scientifiques et pratiques de l'IRTC "Microchirurgie des yeux" du ministère de la Santé de Russie (novembre 1993, avril 1994).

Sur le sujet de la thèse, 4 travaux ont été publiés, dont 3 dans la presse médicale centrale.

Deux demandes ont été présentées pour l'invention, "Méthode d'endoscopie de l'orbite" et "Dispositif d'endoscopie de l'orbite" 1, dans la proposition "Pince dosée pour la compression du nerf optique dans l'expérience".

Mise en pratique. La méthode de stimulation simultanée électrique et laser combinée du nerf optique a été introduite dans la pratique clinique du service de chirurgie ophtalmique reconstructive.

Volume et structure du travail. Le travail de thèse est présenté sur 94 pages du texte, consiste en une introduction, une revue de la littérature, deux chapitres de leur propre recherche - expérimentale et clinique; conclusions et conclusions.

Le travail est illustré avec 25 figures et 6 tableaux. L'index de la littérature comprend 53 sources nationales et 59 sources étrangères. Les travaux ont été réalisés au sein de l'IRTC "Microchirurgie des yeux" du ministère russe de la Santé, dirigée par le membre correspondant de l'Académie des sciences et de l'Académie des sciences médicales de Russie, le professeur S.N. Fedorov.

Propres études expérimentales.

Matériaux et méthodes de recherche. Le travail comprenait une étude expérimentale de la stimulation électrique et laser dans l'atrophie partielle du nerf optique et l'approbation clinique de la méthode de la dernière simulation électro-laser combinée du nerf optique. Des études expérimentales ont été menées sur 31 lapins chinchilla (60 yeux) pesant entre 1,5 et 3,0 kg.

Les méthodes de recherche suivantes ont été appliquées: électrophysiologique - étude des potentiels évoqués visuels (PVE), électrorétinographie, étude du seuil de sensibilité électrique et de la labilité électrique; histomorphologic - lumière, microscopie électronique.

Dans la première série d'expériences, nous avons étudié deux options pour créer un modèle de responsabilité privée. Dans la première variante, le PDPN a été créé par des dommages mécaniques au nerf optique à des degrés divers. Les expériences ont été effectuées sur 8 lapins.

Les animaux de laboratoire ont été opérés sous anesthésie générale avec un hexasel (1 mg / kg) de poids et un blocage rétrobulbaire à la novocaïne (4% à 2,0) à l'aide d'un microscope opératoire Opton, Allemagne.

Pour comprimer le nerf optique à des degrés divers, une pince dosée spéciale a été conçue. Les caractéristiques de sa conception étaient la présence d'une force de compression manuelle.

La dépendance mathématique de la variation de la distance entre les branches de la pince a été déterminée. réglable avec une vis, la distance entre les mâchoires de la pince et la force de compression du nerf (tableau 1). Les paramètres présentés ont été étudiés dans une expérience in vitro sur 5 yeux de cadavre de lapin.

Dans la deuxième variante, un modèle toxique d'atrophie partielle du nerf optique (CHAZK) a été créé - 4 lapins. Le méthanol a été utilisé comme agent toxique à une dilution de 1: 1, 1: 2. Une solution alcoolique de 1 ml a été administrée 2 à 10 fois par rétrobulbarnno avant l’apparition du symptôme de "paralysie pupillaire". Ce phénomène indique une lésion toxique des fibres nerveuses, en particulier des fibres pupillomotrices traversant le nerf optique vers les centres pupillaires nucléaire et supranucléaire (Shulygan NB, 1985).

Dans la deuxième série d'expériences, les effets des paramètres thérapeutiques sur la stimulation du nerf optique ont été étudiés.

L’effet dommageable possible des paramètres choisis de stimulation laser a été étudié sur les nerfs optiques de 5 animaux intacts (7 yeux).

Pour stimuler le nerf optique, nous avons utilisé un rayonnement laser diffusé d’une longueur d’onde de 632 nm et d’une capacité de 0,4 à 1,0 mW.

Tableau 1. Dépendance mathématique de la force de compression du nerf optique sur les données métrologiques de la pince dosée pour le nerf optique (ZN) du lapin.

force distance force force la distance

compression entre les branches entre l'éponge

Pince ZN / K / Shami (N) pince (mm)

2,08 18. 0 0,49 2,0

4,24 14. 0 0,98 1,0

8,49 10. 0 1,96 0,5

Des tests expérimentaux de stimulation électrique et laser ont été effectués dans un aspect comparatif en 3 groupes.

Dans le groupe témoin après une blessure au ZN, aucune stimulation n'a été réalisée (3 lapins). Dans le même temps, le PSC s'est stabilisé après un mois et demi, ce qui indique le développement de la PrEPP. Dans le 1er groupe, seule la stimulation laser (4 lapins) a été réalisée, dans le 2ème groupe - uniquement la stimulation électrique (4 lapins), dans le 3ème groupe - la stimulation électro-laser et à une étape du nerf optique (5 lapins).

Pour la stimulation laser du nerf optique, on a utilisé un laser He-Ie à décharge gazeuse d’une longueur d’onde de 632 nm, à action continue, une puissance de rayonnement de 10 mW à la sortie du laser, de 0,4 à 1,0 mW à la sortie du guide de lumière. Rayonnement laser dispersé

L'étude a été transmise au nerf optique par l'intermédiaire d'une électrode combinée avec un guide de lumière - une électrode lumineuse, un échantillon expérimental. production MNTK "Microchirurgie des yeux".

L'électrostimulation du nerf optique a été réalisée selon la méthode adoptée dans la MG MTC "Foshene-2" (produite par la CMS MG). Fils de l'électrostimulateur. observant la polarité, ils étaient connectés à des électrodes attachées à l'oeil et à l'arrière de la tête du lapin. Dix séances d'électrostimulation simultanée au laser et de nerf optique ont été effectuées, la durée d'une séance était de 30 minutes.

Les résultats des études expérimentales.

Création et sélection d'un modèle optimal d'atrophie partielle du nerf optique selon des études électrophysiologiques et morphologiques.

Dans la littérature disponible, nous n’avons pas rencontré d’analyse complète du tableau électrophysiologique et histomorphologique de l’atrophie expérimentale du nerf optique. Nous présentons nos propres observations.

Le tableau 2 présente les paramètres électrophysiologiques obtenus chez les animaux du groupe témoin et du groupe dans lequel la simulation du CVAS post-traumatique a été réalisée.

Initialement, deux groupes expérimentaux ont été créés: avec un léger degré de dommage au nerf optique et un degré élevé de dommage à MN. Après une légère compression du nerf optique après 1,5 à 2 mois, le PRASN s'est développé après une atrophie complète sévère du nerf optique. Après 1,5 mois, le SGP du groupe présentant un léger et sévère dommage au nerf optique s'est stabilisé.

Comme le montre le tableau 2, en cas de compression du nerf optique de degré faible par rapport au contrôle, la latence

Le pic P1 avait tendance à augmenter de 4,2 ± 3,5 ms (P> 0,05), tandis que l’amplitude diminuait de 1,5 + 0,5 µV (P 0,05) et que l’amplitude diminuait de 3,1 + 0, 4 µV (P 0,05 P1-3> C.05 P1-3> 0,05 P1-3> 0,05 P2-3 0,05 P2-3> 0,05 P2-3> 0,05

Les amplitudes des principales composantes positives du complexe VIZ. Physiologiquement, ces phénomènes peuvent être expliqués par une diminution du nombre de fibres nerveuses en fonctionnement et une stimulation plus lente du nerf optique.

Des études histologiques du nerf optique ont montré que le nerf optique était gravement endommagé par le détachement de sa coquille, des hémorragies dans le parenchyme, une stase sanguine dans les vaisseaux et des modifications destructrices de la substance interstitielle du tissu nerveux.

La microscopie électronique a révélé des dommages importants à la membrane et aux structures non membranaires du nerf avec des éléments de nécrose. Il a été noté razvlechenie et la destruction des gaines de myéline, la déformation des fibres nerveuses dans le nerf proximal et distal. L'absence de bandes mitochondriales internes et le flou de la structure granulaire des fibres nerveuses indiquent l'implication des structures internes des fibres nerveuses dans le processus de destruction.

Avec un léger degré de compression du nerf optique sur les échantillons histologiques, aucun changement prononcé de la structure du nerf n’a été observé.

Des études au microscope électronique ont montré l’absence de modifications destructives globales des fibres nerveuses. Seule une dilution locale des gaines de myéline a été observée.

Ainsi, le modèle de CHAZN traumatique présente les avantages suivants: la possibilité de dommages dosés au nerf optique; la capacité de contrôler les résultats de la recherche sur les paramètres électrophysiologiques. L'inconvénient de cette méthode de modélisation est la possibilité d'une lésion supplémentaire du nerf optique lors d'une intervention chirurgicale.

Potentiels évoqués visuels dans un modèle toxique

Les atrophies de ZN se distinguaient par un large éventail d'indicateurs, ce qui rendait le traitement statistique du matériau plus difficile. Par conséquent, l'analyse des résultats de la recherche n'a été effectuée que par des paramètres morphologiques. Dans le même temps, l’image histomorphologique du nerf optique, lorsqu’on utilisait différentes concentrations de méthanol, était spécifique et différait de celle des lésions traumatiques. Sur des échantillons histologiques, une maturation homogène du tissu nerveux, l’absence d’éléments cellulaires a été observée.

Au microscope électronique, il y avait une coquille myélique totale razvlechenie, la désolation des mitochondries, la destruction des neurofibrilles.

Ainsi, le modèle toxique du ČNSN est caractérisé par une image morphologique spécifique. Une méthode de simulation impliquant l’injection rétrobulbaire d’une solution de méthanol élimine les traumatismes supplémentaires causés au nerf optique. L'inconvénient de la méthode de modélisation proposée est l'incapacité de contrôler les résultats à l'aide de paramètres électrophysiologiques.

Tests expérimentaux de stimulation électrique et laser du nerf optique.

Les modes de stimulation galvanique et laser proposés ont été découverts dans des études expérimentales sur des nerfs d’animaux isolés menées au Département de recherche biophysique de l’Université d’État de Moscou sous la direction de GV Maksimov. dans des expériences in vivo chez le lapin sur la base de MNTK "MG". Il est établi que le potentiel électrique induit ne se produit pas lorsque la durée d'impulsion de la stimulation électrique est inférieure à 0,1 ms, que l'intensité du courant est inférieure à 10 kΩ et que la puissance du laser est inférieure à environ 1 mW. L’augmentation du courant est supérieure à 100 ampères, la durée d’impulsion de la stimulation électrique est plus faible.

Une énergie de rayonnement laser supérieure à 10 mW provoque une inhibition du potentiel d’action électrique induit. Temps d'exposition 30 min.

L’étude de l’effet néfaste des énergies choisies par nous sur le plan thérapeutique a été réalisée sur les nerfs optiques de lapins lapins. Des études au microscope électronique ont montré qu'une irradiation au laser d'un nerf optique intact avec un rayonnement diffusé compris entre 0,4 et 1,0 mW n'endommage pas ses structures. Les structures membranaires du nerf (gaine, myéline de la gaine des fibres nerveuses), les structures internes des fibres nerveuses (microtubules, microfilaments, organites) n'ont pas changé.

La prochaine étape de nos recherches a été l’approbation expérimentale de la stimulation électrique et laser dans des installations privées.

Comme le montre le tableau 3, après la stimulation laser de EZ, une diminution de la latence du pic positif P1 a été observée de 15,2 ± 1,1 ms (20%) par rapport au témoin, l'amplitude du ZVG1 n'a pas changé de manière significative.

Après électrostimulation de ZN, la latence a diminué de 24 + 5,7 ms ou 20,6%. L'amplitude a diminué de 3,4 + 0,3 µV (31%).

Avec une stimulation électrique et laser simultanée de ZN, la latence du pic positif P1 diminuait de 11,1 + 8,1 ms (10,6%) et l'amplitude augmentait en conséquence de 0,8 + 0,7 μV ou 14,5%.

Ainsi, des études ont révélé une tendance à une augmentation du taux d'excitation le long du nerf optique après une stimulation électrique, laser et combinée Z. De plus, après une stimulation électro et laser combinée de ZN, l'amplitude du pic P1 a augmenté, indiquant une augmentation de l'excitabilité des structures nerveuses sensibles à la stimulation électrique.

Tableau 3. Effet de la stimulation électrique et laser sur la ZIV de l'expérience (M ± sh).

Equipes VEP expérimentées

P1 MKV P2 µV L1 MS L2 ms

groupe 1 1 poumon pressé sans traitement 8,2 + 1,3 7,7 + 2,0 74. 7110. 4 179,9 + 10. 1

2 après lasterstim. 7,9 + 1,6 Р> 0,05 8,2 + 1,3 Р> 0. 05 59,7 + 5,1 Р> 0,05 190,9 + 19. P> 0,05 6

groupe 2 1 poumon sdavl. sans traitement 7, 9 + 1, 1 8. 7 + 0,1 116,1 + 31,5 204 + 10,7

2 après les électros. 5,9 + 0,6 Р 0. 05 92,1 + 25, 6 Р> 0. 05 209, 6 + 5, 2 P> 0,05

groupe 3 1 poumon sdavl. sans traitement 5. 5 + 1.3 10 + 3.9 103.1 + 3.8 219.7 + 29. 2

2 après l'électrolastim. 6. 3 + 2,0 P> 0,05 12,1 + 4,0 P> 0. 05 92,1 + 11,9 Р> 0,05 211,9 + 25. P> 0. 05 8

Des études histologiques ont révélé que, sous l’effet de la stimulation électrique et laser simultanée du nerf optique, la substance interstitielle du tissu nerveux est condensée et les gaines de myéline sont réorganisées. L'apparition d'éléments cellulaires dans le stroma du nerf.

Selon la microscopie électronique, il existe une reconstruction des gaines de myéline autour de 1 des axones préservés, se manifestant par leur compactage. Ce processus est bien représenté dans le modèle toxique de l'atrophie du nerf optique. Avant la stimulation du nerf optique, les gaines de myéline étaient totalement dégonflées et, après stimulation électrique et laser en une étape, la microscopie électronique a montré une réorganisation prononcée de la gaine de myéline du nerf optique. La destruction des neurofibrilles et des mitochondries a persisté.

Ainsi, en évaluant l’impact de la stimulation électro et laser simultanée sur des modèles d’atrophie du nerf optique, on peut conclure que la réorganisation structurelle des gaines de myéline se produit sous l’effet de la stimulation électro et laser. Avec les modifications révélées des paramètres électrophysiologiques, cela indique une augmentation du nombre de fibres nerveuses en fonctionnement.

Propres études cliniques.

Matériaux et méthodes de recherche.

Les études cliniques ont été basées sur l'analyse de 27 opérations d'implantation d'une électrode de lumière sur le nerf optique (environ 132513 du 11/27.90) et sur les résultats d'une stimulation électrique et laser simultanée du nerf optique.

Les méthodes de recherche suivantes ont été utilisées: fonctionnelle - visométrie. biomicroscopie, ophtalmoscopie, périmétrie statique et informatique, étude de la lumière parasite et des motifs

potentiels évoqués visuels; méthode de tomographie morphologique - calculée; méthode de traitement statistique du matériau.

Technologie opérationnelle: implantation d'une électrode lumineuse sur le nerf optique.

La technologie de l'opération comprenait trois étapes: 1. Dans le segment inférieur-externe de l'orbite, le lieu de la ponction rétrobulbaire était noté en vert brillant. Une solution de lidocaïne 1055-2.0 a été ajoutée à l'espace rétrobulbaire mélangé à de la réopolyglucine 4.0. De cette manière, une anesthésie locale soutenue a été réalisée et l'espace optique a été créé pour une meilleure visualisation pendant l'orbitoscopie (demande d'enregistrement de l'invention N 93029533 du 06.06.2003).

2. A travers la ponction existante, une aiguille guide avec du mandrin a été insérée dans la direction du nerf optique. Le diamètre maximum de l'aiguille est de 2,0 mm. Le mandrin a été retiré et l’orbitstoscope constitué de l’extenseur-pénétrateur, du traducteur d’image et de l’illuminateur a été introduit dans l’espace rétrobulbaire dans la direction du nerf optique (demande d’invention N 93045358 du 15.09.1993). L'espace rétrobulbaire a été inspecté et, après visualisation du nerf optique, l'orbitoscope a été retiré de l'orbite.

3. Une électrode lumineuse a été implantée sur le nerf optique le long de l'aiguille guide. L'aiguille a été soigneusement retirée. L'électrode de lumière était fixée à la peau avec deux coutures. Coutures traitées vert brillant. Un pansement aseptique a été appliqué à l'œil.

Technique de stimulation électrique et laser directe du nerf optique.

Dès le premier jour, une stimulation électro, laser du nerf optique a été réalisée. Le cours comprenait 10 sessions. Longueur

La durée d'une session est de 40 minutes. La stimulation laser du nerf optique a été réalisée en utilisant un laser He-Ke de 1,5 mW à la sortie du générateur optique et de 0,4 à 1,0 mW à la sortie de l'électrode lumineuse. Mode de fonctionnement - impulsion, avec une fréquence de 1 à 1000 Hz. La stimulation laser a été réalisée en combinaison avec une électrostimulation pendant 15 minutes en mode pulsé, avec une fréquence de 1 Hz.

Pour l'électrostimulation du nerf optique, l'électrostimulateur "Fosfen-2" a été utilisé, destiné à la stimulation galvanique directe de l'atrophie du nerf optique. La stimulation est réalisée en appliquant des impulsions de tension bipolaires ou unipolaires à une électrode implantée. En cours de stimulation, l'appareil vous permet de surveiller visuellement le courant ou la charge traversant le patient. La stimulation électrique a été réalisée conformément à la "Méthode de stimulation galvanique directe dans les maladies du nerf optique et de la rétine de l'oeil", développée par l'IRTC "Microchirurgie des yeux".

Les résultats des études cliniques.

Résultats cliniques et fonctionnels directs de la stimulation électrique et laser combinée directe du nerf optique.

Les résultats des études fonctionnelles sont présentés dans tableau 4.

Sur les 27 patients traités, l’acuité visuelle a augmenté de 0,1 et plus - chez 12 patients, de 0,02 à 0,1 - - sur 10, elle n’a pas changé - chez 5 patients. Comme le montre le tableau 4, l’acuité visuelle a augmenté en moyenne de 0,13 ou 65% par rapport à l’original.

Selon la périmétrie informatique, tous les patients avec une acuité visuelle de 0,1 et plus ont présenté une tendance positive

le niveau de sensibilité fovéolaire et le nombre de défauts absolus dans le champ visuel central (18 personnes). Chez deux patients, le point de fixation paramaculaire a été remplacé par fovéolaire.

Selon la périmétrie automatique, la photosensibilité de la fovéa a augmenté de 6,3 dB ou 22,3%; le nombre d'animaux apparentés en chiffres absolus et relatifs n'a pas changé de manière significative - a diminué de 0,6 ou 3,9%, respectivement. Le nombre de têtes de bétail absolues a diminué en moyenne de 15,3 ou 35,4%.

Tableau 4. Dynamique des paramètres fonctionnels après stimulation électrique et laser du nerf optique en une étape. (M + sh).

Func. traitement des données après P

Acuité visuelle 0,07 + 0,02 0. 2 + 0. 06 = 0. 05

Photosensible 16 + 3. 1 22,3 + 1,9 = 0. OE

Le nombre de parent. 15,5 + 2,4 14,9 + 3,3 = 0. 88

Chez les patients avec une acuité visuelle inférieure à 0,1, une étude de périmétrie statique a été menée (9 personnes), quatre d’entre elles ont observé une expansion du champ visuel moyenne de 10 à 20 degrés et cinq patients n’ont pas observé de changements dans le champ de vision.

Les résultats de l'étude du PSC et de la périmétrie informatique

indiquer la présence chez tous les patients de violations significatives des processus de transmission et de perception des caractéristiques de luminosité et de contraste spatial du stimulus visuel. Les écarts les plus marqués par rapport à la norme des paramètres de la PVE ont été identifiés chez les patients présentant une acuité visuelle inférieure à 0,1%.

Tous les patients présentaient une diminution de l'amplitude de la principale composante positive du complexe VEP pour les stimuli légers et structurés et une augmentation de la latence.

À la suite du traitement chez 14 patients, une dynamique positive de l'état des fonctions visuelles a été révélée selon l'étude de la VEP. L'amplitude de la composante P100 a été augmentée de 3 à 8 µV pour divers types de stimulation.

La plus grande amélioration de l'acuité visuelle a été observée dans les cas d'augmentation de l'amplitude du PVE en réponse à des stimuli de petites tailles (15; 7,5 ') de taille angulaire et à faible contraste (20, 6%). De toute évidence, dans ces cas, l'activation des éléments des mécanismes de contraste visuel de l'analyse visuelle revêtait une importance majeure. Un résultat visuel légèrement inférieur a été noté dans les cas où, à la suite du traitement, seuls les indicateurs de sensibilité à la lumière (luminance) étaient améliorés - la photosensibilité dans le champ de vision central, les indicateurs d'amplitude-temps de V-SGP.

Ainsi, après une stimulation électrique et laser simultanée combinée, les principaux paramètres fonctionnels sont améliorés: acuité visuelle, sensibilité fovéolaire, diminution du nombre de bovins absolus et relatifs, activation des mécanismes de contraste spatial de l'analyse visuelle et indicateurs d'amplitude-temps des potentiels évoqués visuels. Les résultats peuvent indiquer une amélioration de la fonction visuelle suite à une augmentation

Influence du nombre de fibres nerveuses en activité et de leur activité fonctionnelle sous l 'influence de la stimulation électrolaser combinée du nerf optique.

1. Au cours des études expérimentales, un modèle d’atrophie partielle du nerf optique (toxique, traumatique) a été créé. Le modèle traumatique d’atrophie partielle du nerf optique était optimal pour étudier les effets de facteurs physiques (rayonnement laser de faible intensité de He-Ke et courant électrique) sur le nerf optique de l’expérience..

2. Rayonnement laser à basse énergie d’une longueur d’onde de 632 nm. la puissance de sortie de l'électrode lumineuse - 0,4 à 1,0 mW est sans danger pour le nerf optique et pour l'organe de la vision dans son ensemble.

3. Les lésions du nerf optique ont présenté des caractéristiques électrophysiologiques et morphologiques caractéristiques. La désintégration morphologique du tissu nerveux, caractérisée par des lésions des fibres nerveuses individuelles, des modifications survenant dans la gaine de myéline, est la raison pour laquelle on réduit le nombre de fibres nerveuses en activité et ralentit la conduction du nerf optique. Le degré de restauration fonctionnelle des fibres nerveuses dépend du degré et de la gravité de la désintégration morphologique du tissu nerveux.

4. Les tests expérimentaux de la méthode de stimulation électrique et laser simultanée ont révélé que le taux d'excitation le long du nerf optique augmente à la fois sous l'influence de la stimulation électrique et laser. Avec leur utilisation combinée, l'excitabilité des structures membranaires du nerf optique augmente.

5. Des études histomorphologiques ont montré que sous

L'effet de la stimulation simultanée électro-, laser du nerf optique est une réorganisation structurelle de la gaine de myéline autour des axones restants.

6. Une méthode d'implantation d'une électrode de lumière sur le nerf optique sous contrôle de l'orbitoscopie a été mise au point. La méthode proposée est à faible impact, précise et peut être recommandée pour une mise en œuvre en clinique.

LISTE DES OEUVRES PUBLIÉES PAR DISSETRATION.

1. L. F. Linnik., N. S. Gadzhiyeva, MA Rudneva, etc. Justification expérimentale de la méthode de stimulation électrique et laser à une étape du nerf optique. - Ophtalmochirurgie. -Moscou-1993. -N1. -C. 47-54.

2. Hajiyeva N.S., Rudneva M.A., Shpak A.A. La dynamique des potentiels visuels évoqués de flare-up après stimulation électrique et laser avec atrophie partielle du nerf optique au cours de l'expérience - 6ème Congrès russe des ophtalmologistes - Moscou, - 1994.

3. Gadzhieva N.S., Ioileva E.E. L'impact de l'électro-dernière stimulation sur le nerf optique à titre expérimental: résumés de la 52e conférence scientifique d'étudiants et de jeunes scientifiques dédiée au 60e anniversaire de l'institut médical du Daghestan, Makhachkala. - 1992.

4. Antropov G.M., Maksimov G.V., Arnautov L.N., Gadzhieva N.S. Etude du mécanisme d'action de la photo et de l'électrostimulation dans le traitement de l'atrophie du nerf optique - Résumés du 2e colloque international sur la chirurgie réfractive, l'implantation de LIO et le traitement complet de l'atrophie du nerf optique - Moscou. -1991.

Inventions et innovations:

1. Invention "Méthode d'endoscopie de l'orbite" N 93029533 du 03.03.2003.

2. Invention "Dispositif pour endoscopie" N93045358 du 09.091 1993.

3. Rat. proposition "Pince dosée pour le nerf optique dans l'expérience" N 919 du 24 mai 1992.

En Savoir Plus Sur La Vision

Naphthyzinum

Naphthyzinum - un médicament qui a un puissant effet vasoconstricteur. Il est utilisé à la fois en ophtalmologie et en pratique ORL. À court terme, élimine les rougeurs et le gonflement de la conjonctive, les démangeaisons, les larmes, les yeux secs....

Inflammation oculaire

Dans 90% des cas, une personne perçoit des informations à travers les organes de la vision, ce qui explique pourquoi les processus inflammatoires de l'appareil visuel peuvent affecter la qualité de la vie....

Astigmatisme chez un enfant: faut-il alarmer les parents?

Un enfant, à partir du moment de sa naissance, lorsqu’il vérifie auprès d’un ophtalmologiste, présente souvent une déficience visuelle. Le plus commun d'entre eux est l'astigmatisme....

Tobrex (gouttes pour les yeux) - instructions d'utilisation, les dosages, les critiques et analogues

Drops Tobreks est un moyen d’exposition locale à une origine antibactérienne, appartenant au groupe des aminosides....