Centre de soins oculaires

L'inflammation

La zone périphérique de la rétine n'est pratiquement pas visible lors de l'examen habituel du fond d'œil, car elle se situe derrière "l'équateur" du globe oculaire. Malheureusement, très souvent, des processus dystrophiques (dégénératifs) se développent dans cette zone. Les zones touchées de la rétine deviennent progressivement plus minces. Des tractions (tensions) entre le corps vitré modifié et la rétine se forment souvent, ce qui peut entraîner une rupture de la rétine, puis son détachement et sa perte de vision.

La dystrophie rétinienne périphérique peut se développer à tout âge. Très souvent, ce problème est diagnostiqué lors d'un examen de routine car il est asymptomatique au début et se manifeste lorsqu'une complication survient - décollement de la rétine.

Causes de la dystrophie rétinienne périphérique:

  • myopie de n'importe quel degré;
  • maladies vasculaires (hypertension artérielle, hypotension, athérosclérose, diabète sucré, etc.);
  • les blessures;
  • infections passées;
  • prédisposition génétique;
  • maladies inflammatoires de l'oeil.

Pour détecter les dystrophies périphériques, l'examen du fond d'œil doit être réalisé avec une lentille de Goldman, car les sites de localisation de cette pathologie ne sont pas disponibles pour un examen par d'autres méthodes.

Traitement

La méthode la plus radicale de traitement de cette pathologie est la coagulation au laser périphérique prophylactique de la rétine, au moyen de laquelle la rétine est «fixée» aux membranes sous-jacentes de l'œil. Ainsi, réduisez le risque de détachement et de perte de vision.

La coagulation au laser rétinien est une procédure ambulatoire pratiquée sous anesthésie locale (après instillation de la solution anesthésique). Vous installez un objectif spécial sur votre œil (l’objectif à trois miroirs de Goldman), qui vous permet de focaliser le rayonnement laser sur n’importe quelle partie du fond utérin.

Après coagulation au laser prophylactique de la rétine, il est recommandé de faire contrôler régulièrement le patient par un ophtalmologiste, dont la fréquence est fixée individuellement (1 à 3 à 6 mois).

Au moment de l'observation, le fond des deux yeux avec une pupille large est examiné pour rechercher l'apparition de nouvelles zones de dégénérescence rétinienne ou l'apparition d'amincissements et de lésions rétiniennes dans les zones précédemment identifiées.

Dans les 2-3 semaines après la chirurgie n'est pas recommandé:

  • prendre un bain chaud;
  • bain de vapeur;
  • boire de l'alcool;
  • prendre des vasodilatateurs.

Des limitations de charges physiques et visuelles sont recommandées individuellement.

Le principal objectif de la coagulation est de réduire le risque de complications et non d'améliorer la vision.

La détection précoce de la pathologie rétinienne est très importante lorsque des dommages irréparables au système visuel n’ont pas encore été causés.

Licence №LO-75-01-001286 du 23.11.2017 accordée par le Ministère de la Santé du Territoire Trans-Baïkal

672090, Chita, ul. Bogomyagkov 23, tel: (3022) 21-09-12

Dommages tissulaires irréversibles - dystrophie vitréochoriorétinienne périphérique de la rétine: de quoi s'agit-il?

La rétine est l'un des éléments clés du système visuel, qui assure la formation de l'image des objets environnants.

En conséquence, tout processus pathologique se produisant dans cette partie de l’œil peut entraîner de graves problèmes.

L'une de ces maladies, caractérisée par des lésions des tissus de la rétine et une diminution progressive de l'acuité visuelle, est appelée dégénérescence choriorétinienne de la rétine. Il peut se présenter sous plusieurs formes, mais nécessite dans tous les cas un diagnostic et un traitement rapides.

La dystrophie rétinienne choriorétinienne centrale: de quoi s'agit-il?

CHRD - une maladie localisée dans les zones centrales de la rétine et qui provoque des lésions irréversibles dans les tissus. Le processus dystrophique implique les couches vasculaires et pigmentaires de l’œil, ainsi que la plaque vitreuse située entre elles.

Photo 1. Le fond de l'oeil avec la dystrophie choriorétinienne centrale. La circonférence et les flèches indiquent la zone des changements pathologiques.

Au fil du temps, les tissus sains sont remplacés par des fibreux, des cicatrices apparaissent à la surface, ce qui entraîne une détérioration de la fonction rétinienne.

C'est important! La dystrophie choriorétinienne conduit rarement à une cécité complète, le patient conservant une vision centrale ou périphérique (en fonction de la localisation de la pathologie), mais altérant considérablement la qualité de vie.

Causes et symptômes

Le plus souvent, la maladie est détectée chez les personnes âgées (plus de 50 ans), c’est-à-dire que les modifications des tissus liées à l’âge sont principalement dues à l’âge, mais son étiologie exacte n’a pas été précisée. Outre l'âge mûr, les facteurs de risque de développement de la dystrophie choriorétinienne centrale incluent:

  • hérédité chargée;
  • microcirculation altérée dans les vaisseaux rétiniens;
  • myopie moyenne et élevée;
  • troubles du système endocrinien et immunitaire;
  • blessures oculaires diverses (infections, lésions mécaniques, effets toxiques);
  • mode de vie inapproprié, tabagisme, mauvaise nutrition;
  • traitement chirurgical de la cataracte.

La maladie affecte les deux yeux en même temps, mais commence parfois sur l'un d'eux, après quoi elle se propage à l'autre.

Aux stades initiaux, la MRC peut être asymptomatique, puis des troubles ophtalmologiques mineurs (mouches, distorsion des images, perte de certaines zones, etc.) apparaissent.

À mesure que le processus pathologique se développe, la vision centrale diminue considérablement et finit par disparaître complètement.

L'aide Selon les statistiques, les femmes et les personnes atteintes d'iris brillant sont les plus à risque de développer une pathologie.

Formulaires de DRHC

La dystrophie choriorétinienne centrale peut se présenter sous deux formes: non exsudative et humide (exsudative), la première étant plus fréquente dans 90% des cas, la seconde se caractérisant par une évolution sévère et un pronostic défavorable.

La forme non exsudative est caractérisée par une altération des processus métaboliques entre la couche vasculaire et la rétine. Les signes se développent lentement, l'acuité visuelle reste satisfaisante pendant longtemps, après quoi il se produit une légère turbidité de l'image, une distorsion des lignes droites et une détérioration de la fonction oculaire.

La CRRD humide s'accompagne de l'apparition de vaisseaux anormaux et d'une accumulation de liquide sous la rétine, la formation de cicatrices. Les signes apparaissent quelques semaines après le début du processus pathologique: la vision du patient diminue considérablement, la formation de l'image est perturbée, les lignes deviennent brisées et tordues.

Photo 2. Le fond du patient avec la forme humide des défenseurs des droits de l'homme. Un œdème rougeâtre est visible dans la zone centrale de la rétine.

Au cours de l'évolution clinique de cette forme de la maladie, on distingue quatre stades de développement:

  1. Décollement épithélial de la couche de pigment. La qualité de la vision reste inchangée, de légers troubles de la vision sont possibles - presbytie, astigmatisme, brouillard ou taches devant les yeux.
  2. Détachement de neuroépithélium. Elle se caractérise par un œdème des zones de décollement, la germination de vaisseaux anormaux, des signes - une nette diminution de la vision jusqu’à la perte de la capacité de lire et d’exécuter des travaux mineurs.
  3. Décollement épithélial hémorragique. La vision se détériore et, lorsqu'on l'observe sur la rétine, on voit un centre de pigment rose-brunâtre. Parfois, il y a des ruptures de vaisseaux sanguins et des hémorragies.
  4. Formation de cicatrice. Les tissus sains sont remplacés par des fibres qui s'accompagnent de cicatrices.

Attention! Dans les premiers stades de la forme humide du CHRD, le processus pathologique peut être arrêté, mais les modifications tissulaires sont irréversibles et ne peuvent pas être traitées.

Dystrophie rétinienne périphérique: choriorétinal et vitréochoriorétinien

Contrairement à la dystrophie centrale, le type périphérique de la maladie n'affecte pas la partie centrale de la rétine, mais ses marges, c'est-à-dire la périphérie. Il peut être héréditaire ou acquis et les principaux facteurs de risque sont la présence de myopie, de maladies inflammatoires, de lésions oculaires et du crâne et de pathologies des organes internes. En fonction de la localisation de la lésion et de sa profondeur, la violation est généralement divisée en formes choriorétiniennes périphériques et vitréochorio-rétiniennes.

  1. La dystrophie choriorétinienne périphérique (PCDD) ne concerne que la rétine et la choroïde - les zones touchées deviennent plus minces et peuvent se rompre avec le temps. Aux stades initiaux, il n’ya pas de manifestations, après lesquelles des troubles visuels apparaissent sous forme de mouches, de flashes, de foudre, etc. Un symptôme caractéristique est une forte diminution de l’acuité visuelle avec la formation d’un point.

Photo 3. L'image du fundus dans la dystrophie choriorétinienne périphérique. La lésion est située sur les bords de la rétine.

  1. La forme vitréochoriorétinienne périphérique de la maladie implique non seulement la rétine et les vaisseaux, mais également le corps vitré dans le processus dégénératif. Des adhérences apparaissent entre les couches, appelées vitréochoriorétiniennes, entraînant la destruction des tissus, des déchirures et un décollement de la rétine. Initialement, la pathologie est asymptomatique et la détérioration n'est observée qu'avec le développement de complications.

La deuxième variante du cours est plus dangereuse pour le patient que la première et peut entraîner une perte complète de la vue.

C'est important! Il est assez difficile de distinguer les PCDD des PVRHD même avec l'utilisation de méthodes de diagnostic modernes, ce qui complique le traitement de la maladie et aggrave le pronostic.

Diagnostics

Le diagnostic de la dystrophie choriorétinienne est posé sur la base des plaintes du patient, de l'anamnèse et de diagnostics complexes à l'aide de différentes méthodes:

  • examen de l'acuité visuelle et examen du fond d'œil pour identifier les violations de la fonction visuelle et des structures des yeux;
  • Test Amsler, qui permet de détecter des problèmes dans la partie centrale de la rétine;
  • la campimétrie, ou l'étude du champ visuel central pour la perte de certaines zones;
  • périmétrie informatique - examen de la vue à l'aide d'équipements et de logiciels spéciaux, permettant d'identifier les violations de la vision périphérique et de ses champs;
  • Une tomographie à balayage laser de la rétine est réalisée pour déterminer les caractéristiques anatomiques de la rétine et du nerf optique et pour identifier les pathologies possibles;
  • électrorétinographie - une méthode pour étudier l'état fonctionnel de la rétine;
  • L'angiographie fluorescente du fundus évalue les vaisseaux du fundus et révèle des troubles du flux sanguin.

En outre, des études peuvent être utilisées pour vérifier la perception des couleurs, le contraste de la vision et ses autres caractéristiques.

L'aide La dystrophie choriorétinienne centrale est diagnostiquée assez facilement, parfois lors de l'examen du fond d'œil, alors qu'un diagnostic complet est nécessaire pour détecter la forme périphérique.

Traitement des yeux

Le traitement de cette pathologie vise à arrêter le processus anormal et la destruction des tissus, ainsi que sur la prévention des complications.

La forme non exsudative de la maladie est plus facile à traiter; par conséquent, un traitement conservateur avec anticoagulants, angioprotecteurs, antioxydants et autres médicaments est possible dès les premiers stades de la dystrophie choriorétinienne.

  1. Desagreganty, ou des médicaments qui fluidifient le sang et empêchent le développement de caillots sanguins ("Aspirin", "Clopidogrel", "Tiklopidin").
  2. Médicaments vasodilatateurs pour améliorer les processus métaboliques dans les tissus ("Kavinton", "Ascorutin").
  3. Antioxydants qui réduisent les effets des radicaux libres sur le tissu oculaire (Emoxipine, Vixipine).
  4. Préparations pour améliorer le métabolisme dans les tissus de la rétine et améliorer la microcirculation dans les vaisseaux.
  5. Multivitamines et oligo-éléments qui renforcent l'immunité locale et générale.

Le traitement doit être effectué en continu, deux fois par an, généralement au printemps et à l'automne. Parfois, une stimulation laser des tissus est nécessaire pour arrêter les lésions rétiniennes et prévenir les complications.

En plus de prendre des médicaments (par voie orale ou par injection), les patients doivent renoncer à leurs mauvaises habitudes et bien manger.

La dystrophie exsudative nécessite généralement une intervention chirurgicale - une coagulation au laser de la rétine et des membranes est effectuée, qui «colle» les tissus endommagés, arrête le saignement, prévient les déchirures et le détachement. Parallèlement à la correction au laser, la thérapie par déshydratation est recommandée pour éliminer l'excès de liquide (médicaments diurétiques, régime sans sel, etc.), en prenant des vitamines et des micro-éléments.

Attention! Le traitement avec des recettes traditionnelles pour la dystrophie rétorienne choriorétinienne n’est pas recommandé car il peut entraîner le développement de complications et une cécité complète.

Vidéo utile

Regardez la vidéo, qui décrit la dystrophie de la rétine, ses types - central et périphérique.

Est-il possible de guérir la maladie?

La dystrophie rétinienne choriorétinienne est un processus pathologique complexe qui détruit le tissu oculaire et peut entraîner une déficience visuelle grave ou une cécité complète.

Malheureusement, les modifications de la structure des yeux atteints de cette maladie sont irréversibles. Il est donc impossible d'améliorer la fonction visuelle.

Avec un diagnostic opportun et un traitement approprié, le développement de la dystrophie choriorétinienne peut être arrêté, ce qui permet de maintenir une acuité visuelle suffisante, et les patients peuvent mener une vie normale.

Dystrophie périphérique rétinienne

Dystrophie rétinienne périphérique - un danger invisible

La zone périphérique de la rétine est pratiquement invisible lors de l'examen standard habituel du fundus. Mais c’est souvent à la périphérie de la rétine que se développent des processus dystrophiques (dégénératifs) dangereux, car ils peuvent provoquer des déchirures et un décollement de la rétine.

Des modifications de la périphérie du fond d'œil - des dystrophies périphériques de la rétine - peuvent survenir à la fois chez les personnes myopes et malvoyantes, ainsi que chez les personnes ayant une vision normale.

Causes possibles de la dystrophie rétinienne périphérique

Les causes des modifications dystrophiques périphériques de la rétine ne sont pas entièrement comprises. La dystrophie peut survenir à tout âge, avec la même probabilité chez l'homme et chez la femme.

Il existe de nombreux facteurs prédisposants possibles: héréditaire, myopie de tout degré, maladies oculaires inflammatoires, craniocérébrales et lésions de l'organe de la vision. Maladies courantes: hypertension, athérosclérose, diabète, intoxication, infections passées.

Le rôle principal dans l'apparition de la maladie est attribué à une insuffisance de l'apport sanguin dans les zones périphériques de la rétine. La détérioration du flux sanguin entraîne des troubles métaboliques de la rétine et l'apparition de zones localement modifiées sur le plan fonctionnel dans lesquelles la rétine est éclaircie. Sous l'action de l'effort physique, le travail associé à l'élévation ou à l'immersion sous l'eau, à l'accélération, au transfert de poids, aux vibrations, aux ruptures peut se produire dans des zones dystrophiquement modifiées.

Cependant, il a été prouvé que chez les personnes atteintes de myopie, des modifications dégénératives périphériques de la rétine se produisent beaucoup plus fréquemment, car avec la myopie, la longueur de l'œil augmente, entraînant un étirement de ses membranes et un amincissement de la rétine à la périphérie.

PRHD et PWHT - quelle est la différence?

La dystrophie rétinienne périphérique est divisée en choriorétinien périphérique (PCRD), lorsque seules la rétine et la choroïde sont affectées, et en une dystrophie vitréochororétinienne périphérique (PWHT) - avec implication dans le processus dégénératif du vitré. Il existe d'autres classifications des dystrophies périphériques, utilisées par les ophtalmologistes, par exemple, en fonction de la localisation des dystrophies ou du degré de danger du décollement de la rétine.

Certains types de dystrophie rétinienne périphérique

Dystrophie de réseau - le plus souvent détectée chez les patients présentant un décollement de la rétine. Il est présumé que la prédisposition familiale héréditaire à ce type de dystrophie se manifeste plus fréquemment chez les hommes. Habituellement trouvé dans les deux yeux. Le plus souvent localisée dans le quadrant supérieur du fonds externe externe équatorial ou antérieur à l'équateur de l'oeil.

Lors de l'inspection du fond de l'œil, la dégénérescence du réseau ressemble à une série d'étroites bandes blanches comme duveteuses, formant des figures ressemblant à une échelle de réseau ou de corde. Les vaisseaux rétiniens oblitérés ressemblent à cela.

Entre ces vaisseaux altérés, il se forme des foyers d’éclaircie de la rétine, des kystes et des déchirures rétiniennes. Changements caractéristiques de la pigmentation sous forme de taches plus foncées ou plus claires, pigmentation le long des vaisseaux. Le corps vitré est fixé aux bords de la dystrophie, c'est-à-dire Des «tractions» se forment - des brins qui tirent la rétine et mènent facilement à des ruptures

► Dystrophie de type "piste d'escargot". Sur la rétine, on trouve des inclusions en forme de barres blanchâtres, légèrement scintillantes avec la présence de nombreux défauts de dilatation minces et perforés. Les foyers dégénératifs se confondent pour former des zones en ruban qui ressemblent en apparence à la traînée de l'escargot. Le plus souvent situé dans le quadrant supérieur-externe. En raison de cette dystrophie, de grands espaces ronds peuvent se former.

► La dystrophie inépoïde est une maladie héréditaire de la périphérie de la rétine. Changements dans le fond, généralement bilatéraux et symétriques. Sur la périphérie de la rétine, il y a de grandes inclusions blanc jaunâtre sous la forme de "flocons de neige" qui dépassent de la surface de la rétine et sont généralement situées près des vaisseaux épaissis partiellement effacés, il peut y avoir des taches pigmentaires.

La dégénérescence inépodémique progresse sur une longue période et ne conduit pas si souvent à des ruptures telles que le réseau et l'empreinte d'une cochlée.

► La dégénérescence par type de «pavé» se situe généralement loin de la périphérie. Des foyers blancs individuels sont visibles, de forme légèrement allongée, autour desquels de petites touffes de pigment sont parfois identifiées. Le plus souvent, ils se trouvent dans les parties inférieures du fond de l'œil, bien qu'ils puissent être déterminés sur tout le périmètre.

► La dégénérescence cisiforme (petite kystique) de la rétine est située à la périphérie extrême du fundus. Les petits kystes peuvent fusionner pour en former des plus gros. En cas de chute, de blessures contondantes, les kystes peuvent se rompre, ce qui peut entraîner la formation de ruptures perforées. Vu de l’œil du jour, les kystes ressemblent à de multiples formations rouges ou ovales de couleur rouge vif.

► Le rétinoschisis - dissection de la rétine - peut être congénital et acquis. Le plus souvent, il s'agit d'une pathologie héréditaire - une malformation de la rétine. Les kystes rétiniens congénitaux, rétinoschisis juvénile chromosomique X, sont des formes congénitales de rétinose, lorsque les patients, en plus de modifications périphériques, présentent souvent des processus dystrophiques dans la zone centrale de la rétine, entraînant une vision réduite. Le rétinoschisis dystrophique acquis se produit le plus souvent avec la myopie, ainsi que chez les personnes âgées et les personnes âgées.

S'il y a également des modifications dans le corps vitré, des tractions (cordons, adhérences) se forment souvent entre le vitré modifié et la rétine. Ces adhérences, qui s’unissent à une extrémité de la zone amincie de la rétine, augmentent souvent le risque de fractures et de décollements de la rétine.

Pauses rétiniennes

Par type de déchirure rétinienne sont divisés en perforé, valve et type de dialyse.
Les larmes trouées résultent le plus souvent de la dystrophie du réseau et de la dystrophie carotidienne, le trou dans la rétine.

La valve s'appelle le trou, quand la rétine couvre le trou. En règle générale, les déchirures valvulaires sont le résultat d'une traction vitréorétinienne qui «tire» la rétine. Lorsqu'une rupture se forme, la zone de traction vitréo-rétinienne sera l'extrémité de la valve.

La dialyse est une rupture linéaire de la rétine le long de la ligne dentée - le point de fixation de la rétine à la choroïde. Dans la plupart des cas, la dialyse est associée à un traumatisme contondant à l'œil.

L’écart dans le fond de l'œil ressemble à un rouge vif clairement délimité par des foyers de formes diverses, à travers lesquels on peut voir un motif de la choroïde. Pauses rétiniennes particulièrement visibles sur un détachement à fond gris.

Diagnostic de la dystrophie périphérique et des déchirures rétiniennes

Les dystrophies rétiniennes périphériques sont dangereuses car elles sont pratiquement asymptomatiques. Le plus souvent, ils sont trouvés par hasard lors de l'inspection. S'il existe des facteurs de risque pour la détection de la dystrophie, cela peut être le résultat d'un examen approfondi et ciblé. Il peut y avoir des plaintes concernant l’apparition d’éclair, de flashes, l’apparition soudaine d’un nombre plus ou moins grand de mouches flottantes, pouvant indiquer déjà une rupture de la rétine.

Un diagnostic complet de la dystrophie périphérique et des déchirures «silencieuses» (sans décollement de la rétine) est possible lors de l'examen du fond de l'œil dans des conditions d'expansion médicale maximale de la pupille à l'aide d'un objectif Goldman spécial à trois miroirs, qui permet de visualiser les zones les plus extrêmes de la rétine.

Si nécessaire, une compression sclérale (sclérocompression) est utilisée - le médecin déplace la rétine de la périphérie vers le centre, ce qui permet de visualiser certaines zones périphériques non accessibles à l'examen.

À ce jour, il existe aussi des appareils numériques spéciaux, avec lesquels vous pouvez obtenir une image couleur de la périphérie de la rétine et, en présence de zones de dystrophie et de lacunes, estimer leur taille par rapport à la surface du fond d'œil.

Traitement de la dégénérescence périphérique et des déchirures rétiniennes

Si une dystrophie périphérique et une rupture de la rétine sont détectées, un traitement est appliqué pour prévenir le décollement de la rétine.

Effectuer une coagulation préventive au laser de la rétine dans le domaine des modifications dystrophiques ou de la coagulation au laser à la frontière autour d'un espace vide. À l'aide d'un laser spécial, un impact est créé sur la rétine le long d'un foyer ou d'une rupture dystrophique, ce qui entraîne un «collage» de la rétine sur les coquilles oculaires sous-jacentes aux points d'exposition au rayonnement laser.

La coagulation au laser est effectuée en ambulatoire et est bien tolérée par les patients. Il est nécessaire de prendre en compte que le processus de formation des adhérences prend un certain temps. C'est pourquoi, après la coagulation au laser, il est recommandé d'observer un mode de conservation qui élimine le travail physique pénible, la montée en hauteur, la plongée sous-marine, les exercices relatifs à l'accélération, aux vibrations et aux mouvements brusques, aérobic, etc.).

Prévention

Parler de prévention, cela signifie avant tout la prévention des pauses rétiniennes et du détachement. Le principal moyen de prévenir ces complications est le diagnostic opportun de la dystrophie rétinienne périphérique chez les patients à risque, suivi d'un suivi régulier et, si nécessaire, d'une coagulation au laser préventive.

La prévention des complications graves dépend entièrement de la discipline des patients et de l'attention portée à leur santé.

Les patients présentant une pathologie existante de la rétine et les patients à risque doivent être examinés 1 à 2 fois par an. Pendant la grossesse, il est nécessaire d’inspecter au moins deux fois le fond de l’œil de la pupille large - au début et à la fin de la grossesse. Après l'accouchement, un examen ophtalmologique est également recommandé.

La prévention des processus dystrophiques eux-mêmes à la périphérie de la rétine est possible chez les représentants du groupe à risque - il s'agit de myopes, de patients présentant une prédisposition héréditaire, d'enfants nés d'une grossesse et d'un accouchement graves, de patients souffrant d'hypertension artérielle, de diabète, de vasculite et d'autres maladies en aggravation circulation périphérique.

Un ophtalmologiste recommande également à ces personnes de procéder à des examens préventifs réguliers ainsi qu’à une dilatation des pupilles induite par un médicament et à des cours de thérapie vasculaire et de vitamines afin d’améliorer la circulation périphérique et de stimuler les processus métaboliques de la rétine. La prévention de terribles complications dépend donc entièrement de la discipline des patients et de l’attention accordée à leur propre santé.

Dystrophie rétinienne périphérique

Dystrophie rétinienne périphérique - maladie caractérisée par un amincissement de la muqueuse interne de l'œil dans les régions périphériques. Pendant longtemps, la pathologie a une évolution asymptomatique. Avec une lésion prononcée de la rétine, des «mouches» apparaissent devant les yeux, la fonction de la vision périphérique est perturbée. Le diagnostic comprend l'ophtalmoscopie, la périmétrie, les ultrasons oculaires, la visométrie et la réfractométrie. Lors des manifestations initiales de la dystrophie, un traitement conservateur est indiqué (angioprotecteurs, agents antiplaquettaires, antihypoxants). Les changements dégénératifs prononcés nécessitent une tactique chirurgicale (coagulation au laser dans les zones touchées par la rétine).

Dystrophie rétinienne périphérique

La dystrophie rétinienne périphérique est une pathologie courante en ophtalmologie moderne. Entre 1991 et 2010, le nombre de patients a augmenté de 18,2%. Dans 50 à 55% des cas, la maladie se développe chez les personnes présentant des erreurs de réfraction, parmi lesquelles 40% sont des patients atteints de myopie. La probabilité de changements dystrophiques avec une acuité visuelle normale est de 2 à 5%. Les premiers symptômes de la pathologie peuvent survenir à tout âge. La nosologie se produit avec la même fréquence chez les hommes et les femmes, cependant, les hommes sont les plus susceptibles à la dystrophie du réseau, en raison des caractéristiques génétiques de la transmission.

Causes de la dystrophie rétinienne périphérique

Une pathologie peut se développer chez les individus présentant un type de réfraction de type myope ou hypermétropique, moins souvent - en l'absence de troubles de la fonction visuelle. Les personnes souffrant de myopie sont plus à risque. L'étiologie de la maladie n'est pas entièrement comprise. La dystrophie en réseau est héritée dans un type lié à l'X. Les autres causes majeures de la dystrophie rétinienne sont:

  • Maladies inflammatoires de l'oeil. Les lésions rétiniennes locales causées par une rétinite ou une choriorétinite prolongée sont à la base des modifications dégénératives-dystrophiques dans les parties périphériques de la membrane.
  • Violation de l’approvisionnement en sang local. Les changements régionaux dans le flux sanguin entraînent des troubles trophiques et un amincissement de la paroi interne du globe oculaire. Les facteurs prédisposants sont l'hypertension artérielle, la maladie vasculaire athéroscléreuse.
  • Blessures traumatiques. Une lésion cérébrale traumatique grave et des dommages aux parois osseuses de l'orbite entraînent une dystrophie périphérique.
  • Influence iatrogène. Des modifications de la muqueuse interne se développent après des opérations vitréorétiniennes ou lorsque la puissance d'exposition est dépassée lors de la coagulation de la rétine au laser.

Pathogenèse

Le facteur de départ du développement de la dystrophie périphérique est constitué par les troubles hémodynamiques locaux. Les parties périphériques de la membrane sont les plus sensibles au manque d'oxygène. Avec une violation à long terme du trophisme, la rétine devient plus fine à la périphérie, ce qui est souvent imperceptible lors de l'examen du fond d'œil. Les premières manifestations se produisent dans le contexte d'une maladie infectieuse, d'une intoxication ou d'un diabète en phase de décompensation. Potentialise la progression de la dystrophie de type myopique de réfraction. Cela est dû au fait qu'avec l'augmentation de l'axe longitudinal du globe oculaire, la muqueuse interne de l'œil se prête également à un léger étirement, ce qui conduit à un amincissement encore plus important à la périphérie. Un rôle défini dans le mécanisme de développement de la maladie est attribué aux modifications dégénératives du corps vitré, dans lesquelles il existe des tractions et des lésions secondaires de la rétine.

Classification

Selon la morphologie, la pathologie est classée en types de réseau, de type givre et de type racémoïde. Les variantes individuelles des changements d'aspect dystrophiques ressemblent à la "piste d'escargot" et à la "chaussée pavée". D'un point de vue clinique, on distingue les formes suivantes de la maladie:

  • Dystrophie choriorétinienne périphérique (PCDD). Dans cette variante de la nosologie, la rétine et la choroïde sont impliquées dans le processus pathologique.
  • Dystrophie vitréochoriorétinienne périphérique (PWHT). Elle se caractérise par des lésions du corps vitré, des réticules et de la choroïde.

Dystrophie vitréochoriorétinienne classification par localisation:

  • Équatorial. Il s’agit de la zone de lésion la plus fréquente de la rétine, la zone d’amincissement se situant autour de la circonférence de l’œil dans le plan frontal.
  • Paraoral. Avec ce type de dystrophie, les modifications sont localisées au niveau de la ligne dentée.
  • Mixte. La forme est associée au plus grand risque de rupture dû à la présence de modifications diffuses sur toute la surface de la rétine.

Les symptômes de la dystrophie périphérique de la rétine

Pendant longtemps, la défaite de la rétine se produit sans manifestations cliniques. La pathologie est caractérisée par une diminution de la vision périphérique, ce qui conduit à une orientation obstruée dans l'espace. En raison du fait que le champ de vision est de type concentrique, les patients ne peuvent effectuer que certains types de travail visuel (lire, dessiner). La fonction de vision centrale ne souffre pas s'il n'y a pas d'erreur de réfraction. Dans de rares cas, les patients se plaignent de l'apparition de mouches flottantes devant leurs yeux ou de défauts du champ visuel sous forme de bovins. Des symptômes tels que des éclairs ou des éclairs de lumière indiquent une rupture de la rétine et nécessitent une intervention immédiate. La dystrophie périphérique se caractérise par une évolution unilatérale, mais avec la variante du réseau, les deux yeux sont affectés dans la plupart des cas.

Des complications

La complication la plus courante de la dystrophie périphérique est la déchirure de la rétine. Les dommages à la coque interne se produisent dans les zones les plus amincies lorsqu’ils sont exposés à des facteurs tels que les vibrations, la plongée, un effort physique intense. Le vitré est souvent fixé au bord de la dystrophie, ce qui entraîne une apparition supplémentaire de traction. Les patients présentant des modifications à la périphérie de la rétine présentent également un risque élevé de décollement de la rétine. Les patients sont plus sujets aux hémorragies dans la cavité vitréenne et moins souvent à la chambre antérieure de l'œil.

Diagnostics

Étant donné qu'une évolution asymptomatique est souvent caractéristique de cette pathologie, un patient soigneusement examiné joue un rôle prépondérant dans le diagnostic. Pour visualiser la dystrophie à la périphérie de la rétine, les examens ophtalmologiques suivants sont nécessaires:

  • Ophtalmoscopie. La zone de dommage sous forme de réseau et de dystrophie de type "trace d'escargot" est localisée dans le quadrant supérieur-externe à l'équateur de l'oeil. En raison des zones d'oblitération des vaisseaux, des taches sombres et claires ressemblant à un réseau, ou des lignes brisées, appelées "traces d'escargot", se forment sur la rétine. La dystrophie inflammatoire se caractérise par des inclusions jaune-blanc situées au-dessus de la surface de la rétine.
  • Périmétrie La technique permet de révéler le rétrécissement concentrique des champs visuels. Si vous pensez que le patient présente les premières manifestations de la maladie, il est recommandé d’utiliser la méthode quantitative de périmétrie.
  • Visométrie L'étude permet de diagnostiquer une vision centrale normale tout en réduisant les périphériques. L'acuité visuelle diminue en cas de pathologie sur le fond de la myopie.
  • Réfractométrie. La technique est utilisée pour étudier la réfraction clinique afin d'identifier les patients à risque.
  • Échographie de l'oeil. Permet de visualiser les premières manifestations de la pathologie. En cas de petite dystrophie kystique, plusieurs formations rondes de différents diamètres sont déterminées. L'échographie est utilisée pour diagnostiquer les modifications du corps vitré, identifier les adhérences et la traction, évaluer la taille de l'axe longitudinal de l'œil.

Traitement de la dystrophie périphérique

Le choix de la tactique thérapeutique dépend de la nature de la pathologie. Avant de commencer le traitement, le fond d'œil est examiné dans des conditions de mydriase maximale. Pour éliminer les manifestations de la dystrophie périphérique, appliquez:

  • Thérapie conservatrice. Utilisé uniquement dans le diagnostic des manifestations minimes de la maladie. Les patients reçoivent des médicaments oraux du groupe des agents antiplaquettaires, des angioprotecteurs et des antihypoxants. Les médicaments auxiliaires utilisés suppléments bioactifs, les vitamines C, B.
  • Intervention chirurgicale. Le traitement chirurgical de la forme périphérique de la maladie est réduit à la réalisation d'une coagulation vasculaire au laser dans les zones de plus grand amincissement. Le but de l’intervention est de prévenir de possibles ruptures. L'opération est réalisée en ambulatoire. En période postopératoire, un traitement conservateur est nécessaire, y compris des agents métaboliques, des antihypoxants et des angioprotecteurs.

Pronostic et prévention

Le pronostic pour la vie et la fonction visuelle est favorable. Les patients à risque doivent être examinés par un ophtalmologiste une à deux fois par an, ainsi que par l'apparition de nouveaux symptômes pathologiques. Les mesures préventives non spécifiques sont réduites au contrôle de la glycémie, de la pression artérielle et intraoculaire. Lorsque la réfraction myope nécessite une correction de l’acuité visuelle avec des lunettes ou des lentilles de contact. L'identification de signes objectifs de dystrophie chez un patient nécessite l'exclusion des sports extrêmes et des efforts physiques importants.

Dystrophie rétinienne périphérique: classification, signes, méthodes de diagnostic et de traitement

Chez les personnes atteintes de dystrophie rétinienne, la vision périphérique et l’adaptation à l’obscurité sont altérées. Cela signifie qu'ils voient mal dans les pièces sombres et distinguent à peine les objets situés à leurs côtés. Avec le développement de complications chez les patients peuvent apparaître des symptômes plus évidents et dangereux.

Selon la nature des modifications pathologiques de la rétine, il existe plusieurs types de dégénérescence périphérique. Seul un ophtalmologue peut les distinguer après une ophtalmoscopie - examen du fond d'œil. Pendant l'examen, le médecin peut voir la membrane réticulaire qui tapisse le globe oculaire de l'intérieur.

Treillis

Il survient dans environ 65% des cas et a le pronostic le plus défavorable. Selon les statistiques, c'est la dystrophie de réseau qui conduit le plus souvent à un décollement de la rétine et à une perte de vision. Heureusement, la maladie évolue lentement et progresse lentement tout au long de la vie.

La dégénérescence en réseau se caractérise par l'apparition de fines rayures blanches sur le fond utérin, qui ressemblent à un réseau. Ils sont désolés et remplis de vaisseaux hyalins de la rétine. Entre les mèches blanches des zones visibles de la rétine amincie, ayant une teinte rosâtre ou rouge.

Par type de sentier d'escargot

Ce type de dégénérescence rétinienne périphérique se développe le plus souvent chez les personnes présentant une myopie élevée. La pathologie se caractérise par l'apparition sur la rétine d'une sorte de défaut perforé, qui ressemble à une trace d'escargot sur l'asphalte. La maladie entraîne la rupture de la rétine et son décollement. En savoir plus sur la rupture rétinienne →

Inepoid

C'est une maladie héréditaire qui affecte les hommes et les femmes. Les dépôts blanchâtres sur la rétine de l'œil, ressemblant à des flocons de neige, sont caractéristiques d'une dystrophie périphérique non similaire.

Par type de chaussée pavée

Appartient à la rétine PWHT la moins dangereuse. Il survient plus souvent chez les personnes âgées et celles atteintes de myopie. La maladie est presque asymptomatique et son évolution est relativement favorable. Cela entraîne rarement une déchirure ou un détachement de la rétine.

En cas de dystrophie due au type de chaussée pavée, de multiples foyers de dégénérescence sont visibles dans le fond de l'œil. Ils ont une couleur blanche, une forme allongée et une surface inégale. En règle générale, tous les foyers sont situés dans un cercle, à la périphérie même du fond d'œil.

Rétinoschisis

La maladie est héréditaire. Cela entraîne la séparation de la rétine et la formation de gros kystes remplis de liquide. Le rétinoschisis est asymptomatique. Dans certains cas, il s'accompagne d'une perte de vision locale à l'emplacement du kyste. Mais comme les foyers pathologiques sont à la périphérie, cela passe inaperçu.

Petite kystique

La pathologie s'appelle également la maladie de Blessin-Ivanov. Une petite PCRD kystique de la rétine s'accompagne de la formation de nombreux petits kystes à la périphérie du fundus. La maladie a généralement une évolution lente et un pronostic favorable. Cependant, dans de rares cas, les kystes peuvent se rompre avec la formation de déchirures et de décollements de la rétine.

Raisons

Une grande partie de la dystrophie rétinienne choriorétinienne périphérique fait référence à des maladies héréditaires. Dans 30 à 40% des cas, l’évolution de la maladie provoque une myopie élevée, dans 8% des cas, l’hypermétropie. Les dommages à la rétine peuvent également être une conséquence de maladies systémiques ou ophtalmiques.

Causes possibles de la dégénérescence périphérique:

  • la prédisposition génétique, la présence de PWHT chez les parents proches;
  • myopie (myopie) de n'importe quel degré;
  • maladies inflammatoires de l'œil (endophtalmie, iridocyclite, etc.);
  • traumatisme et chirurgie;
  • diabète et autres maladies du système endocrinien;
  • intoxication et infections virales;
  • athérosclérose et maladies du système cardiovasculaire;
  • séjour fréquent et long au soleil sans lunettes de soleil;
  • manque de vitamines et de minéraux nécessaires au fonctionnement normal de la rétine.

Chez les jeunes, la dégénérescence rétinienne acquise se développe le plus souvent sur un fond de myopie élevée. Chez les personnes âgées, la pathologie résulte d'une altération de la circulation sanguine normale et du métabolisme dans les tissus du globe oculaire.

Les symptômes

Au début, la dystrophie rétinienne périphérique ne se manifeste pas. Parfois, il peut se faire sentir dans des éclairs lumineux ou des mouches clignotantes devant vos yeux. Si un patient a une vision latérale altérée, il ne le remarque pas pendant longtemps. Au fur et à mesure que la maladie progresse, la personne réalise qu'elle a besoin d'une lumière plus vive lors de la lecture. Au fil du temps, il peut avoir d'autres déficiences visuelles.

Les symptômes les plus communs de PWHT:

  • Le rétrécissement du champ visuel. Le patient ne voit pas les objets situés à la périphérie. Pour les examiner, il doit tourner la tête. Dans les cas les plus graves, les personnes développent une vision dite tunnel.
  • L'apparition du bétail. Les défauts visibles peuvent être invisibles ou avoir l’apparence de taches noires ou colorées. Dans le premier cas, ils peuvent être identifiés à l'aide de méthodes d'investigation supplémentaires: périmétrie et campimétrie.
  • Niktalopiya. La dégénérescence rétinienne périphérique endommage les bâtonnets - les éléments photosensibles responsables de la vision nocturne. Pour cette raison, la pathologie est souvent accompagnée de cécité nocturne (mauvaise vue au crépuscule).
  • Métamorphopie. Le symptôme se manifeste par une distorsion des contours et de la taille des objets visibles.
  • Vision floue. Une personne peut avoir l’impression de regarder le monde à travers un brouillard ou une épaisse couche d’eau.


Lorsque des complications (rupture ou décollement de la rétine) apparaissent, le patient a des étincelles, des éclairs, des éclairs lumineux devant ses yeux. À l'avenir, dans le champ de vision, un rideau sombre se forme, ce qui rend difficile la vision normale. Ces symptômes sont extrêmement dangereux, vous devez donc consulter immédiatement un médecin.

Groupes à risque

La dystrophie rétinienne choriorétinienne périphérique touche le plus souvent les personnes présentant un degré élevé de myopie. Cela est dû au fait qu'avec la myopie, le globe oculaire grossit. Par conséquent, cela entraîne un fort étirement et un amincissement de la rétine. En conséquence, il devient extrêmement sensible aux processus dystrophiques.

Le groupe à risque comprend également les personnes de plus de 65 ans et les personnes atteintes de diabète, d’athérosclérose et d’hypertension. Pour toutes ces personnes, la rétine souffre d'un manque d'oxygène et de nutriments pour diverses raisons. Tout cela constitue un puissant élan pour le développement de la dystrophie.

Quel médecin traite le traitement de la dystrophie périphérique de la rétine

Le médecin de la rétine est impliqué dans le traitement des PCDD rétiniennes. Il est spécialisé dans le diagnostic et le traitement des maladies du segment postérieur du globe oculaire (corps vitré, membranes réticulaire et choroïdienne).

Si des complications apparaissent, le patient peut avoir besoin de l'aide d'un chirurgien ophtalmologiste ou d'un chirurgien ophtalmologiste au laser. Ces spécialistes effectuent des chirurgies complexes pour soigner les déchirures et le décollement de la rétine. Dans les situations difficiles, leur aide vous permet de sauvegarder et même de restaurer une vision partiellement perdue.

Diagnostics

Méthodes utilisées pour diagnostiquer les dégénérescences périphériques.

Dystrophie vitréochoriorétorienne périphérique et choriorétinienne de la rétine

Par dystrophie rétinienne, il est nécessaire de comprendre le processus dégénératif, caractérisé par la destruction progressive du tissu rétinien. Le plus souvent, cette pathologie est associée à des troubles du système vasculaire du fond d'œil. Car la dystrophie est caractérisée par la défaite des photorécepteurs, à la suite de quoi la vision baisse rapidement.

Si nous parlons de dégénérescence périphérique de la rétine, cette affection est particulièrement dangereuse car elle a une évolution asymptomatique.

Le diagnostic de la dystrophie périphérique est difficile, car les changements dans le jour de l'œil ne sont pas toujours clairement définis et la zone située devant l'équateur est difficile à examiner. C'est pourquoi ce type de dystrophie entraîne souvent un décollement de la rétine.

Groupes à risque

Les personnes atteintes de myopie sont plus susceptibles de développer une dystrophie rétinienne. Ceci peut être expliqué par le fait que les myopes ont un amincissement et une tension de la rétine (due à un allongement de l'œil). Les personnes âgées peuvent être attribuées au principal groupe à risque (après 65 ans). Après tout, la dystrophie périphérique de la rétine de l’œil devient la principale cause de la diminution rapide de la vision chez les personnes âgées. Ce groupe comprend les personnes ayant les états suivants:

  • L'hypertension;
  • Le diabète sucré;
  • Athérosclérose

Informations sur les types de dystrophie périphérique de la rétine

Étiologie et pathogenèse

Le plus souvent, la maladie est causée par des produits de désintégration métabolique qui s'accumulent avec l'âge. Une place importante est occupée par les infections, l’intoxication et les troubles de l’approvisionnement en sang de la paroi interne.

La dystrophie rétinienne peut également se développer chez les jeunes, dans le contexte de la grossesse, des maladies cardiovasculaires et des pathologies des glandes endocrines.

Manifestations cliniques

Comme mentionné ci-dessus, la maladie est presque asymptomatique avec des manifestations cliniques mineures. En règle générale, il est détecté par hasard lors de l'inspection. Si nous parlons des premiers symptômes, ils commencent à apparaître principalement dans les larmes de la rétine. Un patient a devant ses yeux des "mouches" flottantes qui clignotent.

Diagnostic et traitement

Avec un simple examen du fond de l'œil, la zone périphérique est inaccessible. Dans la plupart des cas, le diagnostic de cette zone n'est possible qu'avec l'extension médicale maximale possible de la pupille; pour l'inspection, une lentille de Goldmann à trois miroirs est utilisée. Dans certains cas, la sclérocompression est effectuée (compression sclérale). La tomographie par cohérence optique, la recherche électrophysiologique (EFI) et les ultrasons peuvent également être attribués à titre d'études supplémentaires.

Le traitement de la dystrophie rétinienne peut être divisé en:

  • Laser;
  • Les médicaments;
  • Chirurgical

Tous les types de thérapie visent à stabiliser et à compenser les processus dystrophiques. Il est presque impossible de récupérer complètement la vision. Le traitement médicamenteux aide à prévenir les lésions rétiniennes ultérieures.

Dans le processus de traitement de la dystrophie rétinienne, la coagulation au laser occupe une place particulière (un laser spécial crée des adhésions le long des bords des zones dystrophiques qui empêchent une destruction supplémentaire des membranes internes de l'œil). Cette procédure est effectuée dans la clinique.

La thérapie par les vitamines, diverses procédures physiothérapeutiques, par exemple la stimulation magnétique et électrique, sont présentées comme traitement auxiliaire.

Le pronostic de la dystrophie périphérique peut être qualifié de favorable, avec un traitement de qualité. Empêcher le développement de pathologies et le décollement de rétine est le principal mérite, mais il est impossible de restaurer la vision.

Diagnostic et traitement de la PIDV rétinienne - prévention des complications dangereuses

La dystrophie rétinienne est l’une des pathologies oculaires les plus graves pouvant conduire à la cécité. La cause de ce processus sont des désordres dans le système vasculaire de l'oeil. La zone périphérique de la rétine est cachée derrière le globe oculaire, ce qui la rend invisible lorsque vous examinez le fond de l'œil.

Pour déterminer la dystrophie vitréochoriorétinienne périphérique (PWHT), une étude spéciale est nécessaire. La possibilité de cécité, la faiblesse des symptômes et le besoin de diagnostics spéciaux font de la PIDP de la rétine une maladie très dangereuse et insidieuse.

Les symptômes

La maladie ne présente aucun symptôme caractérisant pleinement ce type de pathologie. Lorsque les PWHT sont observés:

  • perte d'acuité visuelle;
  • taches instantanées, mouches, taches devant les deux yeux.

Les patients caractérisent de différentes manières les perturbations qui apparaissent et ferment le champ de vision. La présence de tels problèmes nécessite un appel à un optométriste.

Raisons

La dystrophie de la rétine provoque des troubles vasculaires de l'œil et une insuffisance de l'apport sanguin. La dégénérescence peut pousser:

  • blessures oculaires et crâniennes;
  • différentes formes de diabète;
  • maladies infectieuses;
  • la myopie;
  • maladies inflammatoires de l'oeil.

Des changements pathologiques peuvent survenir simultanément dans les deux yeux ou ne toucher que l'œil gauche ou droit.

La PVCRD rétinienne ne peut affecter qu'un œil ou se développer sur deux à la fois.

De nombreuses raisons contribuent au développement de la dystrophie rétinienne vitréochoriorétinienne périphérique. La base de leur action est la détérioration de la circulation sanguine dans les vaisseaux de la rétine, ce qui modifie par la suite les processus biochimiques se déroulant dans celle-ci, ainsi que dans les parties environnantes du corps vitré. À la suite de ces troubles, il se produit un collage de la rétine et du corps vitré. De tels processus peuvent survenir chez les personnes présentant une acuité visuelle emmétropique.

La myopie entraîne une augmentation de la taille antéropostérieure du globe oculaire, ce qui entraîne un étirement des structures oculaires. La rétine s'amincit, une angiopathie se développe, l'irrigation sanguine est perturbée, les parties périphériques sont particulièrement touchées et, en cas de mouillage vitréorétinien, une rupture est possible.

Un apport sanguin insuffisant provoque un amincissement dystrophique de la couche rétinienne, ce qui peut entraîner une rupture et une perte de vision. Les lacunes résultent d'efforts physiques excessifs, de la musculation, de la montée en hauteur ou de la descente sous l'eau aux endroits où se produisent les plus grands changements dystrophiques des tissus.

La myopie est un facteur de provocation grave dans le développement de la dégénérescence de la rétine. La myopie conduit à l'étirement du globe oculaire. Cela conduit à un changement de la structure entière de l'organe optique - la périphérie de la rétine devient plus mince, le flux sanguin se détériore.

Un degré élevé de myopie devrait être la cause de visites régulières chez l'oculiste afin de diagnostiquer en temps voulu la dystrophie rétinienne périphérique vitréochoriorétinienne.

Cependant, la plupart des ophtalmologistes considèrent que l'hérédité est le facteur principal dans le développement de la PWHT. Les pathologies oculaires sont souvent familiales et transmises des parents aux enfants.

L'hérédité est l'un des facteurs qui provoquent le THP.

La signification de la différence PCDD et PWRT

Les deux types de pathologie - choriorétinal et vitréochoriorétinal - sont associés à des troubles vasculaires de l’œil entraînant la dégénérescence de la rétine.

La dystrophie vitréochoriorétinienne périphérique est un type de maladie plus dangereux, car les modifications dégénératives affectent également le corps vitré de l'œil. Vitreo - vitreo agg - du verre latin, vitré.

Le deuxième type de maladie, la DPCR, n’affecte que la rétine et les vaisseaux.

Le premier type de maladie est moins courant, mais requiert une attention accrue de la part du médecin et du patient, car il menace le décollement de la rétine et la perte de vision. Les adhérences vitréorétiniennes du corps vitré avec la rétine provoquent la destruction de sa couche et sa rupture.

Ne pas confondre PWHT et PCDD - ce sont deux pathologies différentes.

Classification (types et types de rupture rétinienne)

Le cours de la dystrophie vitréochoriorétinienne périphérique est:

    1. Avec un parcours bienveillant:
      • La dégénérescence de type «pavé» est une zone blanche d'atrophie. Quand il est à travers la rétine touchée, les vaisseaux choroïdiens sont vus sur le fond de la sclérotique. La cause du développement est l'occlusion des vaisseaux choroïdiens, ce qui conduit à une atrophie post-ischémique de l'épithélium pigmentaire et des couches externes de la rétine. Trouvé dans la moitié inférieure du fond de l'oeil entre la ligne dentée et l'équateur. Pas compliqué par des ruptures ou du détachement.
      • Druze équatoriale. Les formations pâles de petite taille peuvent présenter une pigmentation le long du contour. Sont situés le long de la ligne de vitesse.
      • Dégénérescence pigmentaire ou oro-parallèle. Changement lié à l'âge, se manifestant par une pigmentation accrue le long de la ligne «déchiquetée».
      • Dégénérescence en nid d'abeille. Apparaît chez les personnes âgées. Présenté par la pigmentation périvasculaire, peut atteindre l'équateur.
    2. De mauvaise qualité sur:
      • Dystrophie "en treillis". Le «réseau» de l'ophtalmoscopie est visible sous forme de fines bandes de blanc formant les contours, semblables au réseau. Erosion, kystes et micro-fractures, zones d'hypopigmentation ou d'hyperpigmentation apparaissent entre ces bandes, il peut même y avoir une pigmentation diffuse. Le corps vitré sur la surface du "réseau" est liquéfié et le long du contour, au contraire, est scellé et soudé à ses bords. En conséquence, des ancrages rétiniens vitreohori apparaissent, contribuant à la formation de lacunes rétiniennes de la valve.
      • Dystrophie de type "voie d'escargot". La pathologie se développe en raison de lésions vasculaires et se manifeste par l'apparition d'inclusions blanchâtres constituées de microglies et d'astrocytes. Avec la présence de points d'érosion et de perforations. Les foyers dégénératifs peuvent se connecter et former des défauts de grandes tailles. Risque élevé de développer un détachement.
      • La dégénérescence "inépoïde" est une maladie héréditaire de la rétine. En règle générale, les manifestations sur la rétine sont disposées symétriquement et touchent les deux yeux. Ophtalmoscopiquement manifesté sous la forme de grandes formations de couleur blanc jaunâtre, semblables aux "flocons de neige". Progresse lentement et pas si souvent conduit à des complications.

Le PWHT est classé en fonction du débit et du type de gap.

Selon le type de rupture rétinienne, il existe les types suivants:

      • Perforé - une partie de la rétine est complètement détachée à cause de ZOST. Se produit avec la dystrophie de réseau.
      • Valve - le lieu de la rupture est partiellement recouvert, une valve est formée. Formé en présence d'une adhésion vitréorétinienne.
      • Par type de dialyse - la rétine est cassée le long de la ligne dentée. La dialyse se développe avec une contusion oculaire.

Les stades de la maladie indiquent la gravité, le degré et le type des fractures et des tractions, et vont de I à V. À partir du stade IV, la coagulation au laser est toujours indiquée. Le degré ou le stade de PCRD 2I, par exemple, n’a pas d’indication absolue, et la décision de poursuivre le traitement est prise individuellement.

PWHT pendant la grossesse

Selon les organisations médicales, au début de la période de procréation, plus de 25% des femmes sont atteintes de myopie et plus de 7% d'entre elles en ont un degré élevé. Dans le contexte du déroulement normal de la grossesse chez les femmes atteintes de myopie, on note un rétrécissement des vaisseaux rétiniens.

Cela est dû à la charge accrue sur le système cardiovasculaire et à la nécessité d'une circulation sanguine supplémentaire pour le fœtus. Par conséquent, au cours de la grossesse, les patientes sont examinées deux fois par un ophtalmologiste lors d'un examen complet du fond d'œil.

La coagulation au laser est indiquée dans le cas du développement d'un THPS pendant la grossesse. Il peut être effectué pendant 32 semaines. Après une opération réussie, une femme peut accoucher elle-même.

La nécessité d'une césarienne pendant la grossesse d'une femme présentant une PIDU de la rétine est découverte un mois avant la date approximative de l'accouchement.

La décision sur la nécessité d'une césarienne en raison de conditions dystrophiques de la rétine est prise un mois avant l'accouchement. Un degré élevé de myopie (plus de 6,0 dioptries) n'est pas une indication chirurgicale.

Les ophtalmologistes recommandent la césarienne après une coagulation au laser pendant une période de plus de 32 semaines ou en cas de PWHT sur un œil visuel.

Diagnostics

Le stade initial de la dégénérescence périphérique vitréochoriorétinienne se déroule sans symptômes, l'affaiblissement de la vision et l'apparition de bruits devant les yeux commencent lorsque la couche est détruite. Lors de l'examen habituel du fond de l'œil, les régions périphériques cachent le globe oculaire.

Les patients présentant un degré élevé de myopie sont plus susceptibles d'être examinés par des oculistes, car ils appartiennent au groupe à risque. Le THPS est souvent retrouvé chez de nombreux patients au début du processus de desquamation. Par conséquent, avec un degré de myopie faible et modéré, avec une détérioration évidente et constante de l'acuité visuelle, il vaut la peine de subir un diagnostic.

Pour diagnostiquer la maladie sont effectuées:

      • étude du fond de l'œil avec la lentille de Goldman avec l'utilisation de médicaments qui développent l'élève;
      • détermination des champs visuels;
      • Recherche en ultrasons, tomographie optique et électrophysiologie;
      • sclérocompression.

À l'aide d'appareils numériques modernes, vous pouvez obtenir une image couleur de la partie périphérique de la rétine et évaluer l'étendue et la zone des dommages.

L’étude du fond de l’œil avec la lentille de Goldman facilite le diagnostic de l’HTVA.

L’examen ophtalmologique inclut le diagnostic de l’hormone de croissance avant la rédaction. Selon le degré et la nature de la maladie, un délai de coagulation au laser est attribué.

Traitement

La dégénérescence rétinienne est un processus irréversible, il ne sera pas possible de revenir à un tissu normal. Le traitement vise à ralentir la destruction et à améliorer la vision.

Méthodes médicinales

Lors du traitement initial au stade initial, des méthodes de traitement conservateur sont utilisées - médicaments. Montrant:

      • Les multivitamines et les oligo-éléments, les tissus nourrissants, arrêtent le processus de dégénérescence. Une alimentation saine doit être suivie, en privilégiant les noix, le poisson, les légumes et les fruits.
      • Médicaments qui arrêtent le développement de caillots sanguins dans les vaisseaux (Aspirine, Tiklopidine).
      • Vasodilatateurs (No-shpa, Askorutin).
      • Gouttes pour les yeux qui améliorent le métabolisme.
      • Injections oculaires pour améliorer la microcirculation.

Ces outils aident à arrêter le processus de destruction des tissus. Une administration complète de médicaments est effectuée deux fois par an.

L'ascorutine est prescrite comme vasodilatateur.

Physiothérapie

Les procédures contribuent à la suspension de la dégénérescence des tissus. Electrophorèse prescrite, électro ou photostimulation de la rétine, laser. Le traitement est effectué par cours.

Procédure laser

Afin de prévenir le décollement de la rétine, la coagulation au laser est la méthode la plus efficace qui ait fait ses preuves. Le faisceau laser colle la rétine dans les zones de tension avec le fond vasculaire de l'organe optique, empêchant ainsi le délaminage.

La coagulation à la barrière (BLK) est réalisée sous anesthésie locale, la procédure prend 10 à 20 minutes. Le patient est autorisé à rentrer chez lui immédiatement après la manipulation. En médecine moderne, c’est le meilleur moyen de prévenir les conséquences graves de l’HTA et de l’angiopathie.

Traitement chirurgical

La chirurgie pour la dystrophie rétinienne vitréohori périphérique est réalisée dans les cas graves où ni traitement médicamenteux ni coagulation au laser n’ont d’effet.

L'opération est réalisée uniquement en cas d'échec des autres méthodes de traitement.

Prévention

Lorsqu'une maladie est détectée, la prévention vise à empêcher le développement ultérieur du processus pathologique et à prévenir la rupture rétinienne.
Les patients atteints d’EPST doivent se rappeler que seule une attitude prudente à l’égard de la santé, le strict respect des mesures préventives et des prescriptions du médecin aideront à éviter de terribles complications.

Il est nécessaire d’éviter les efforts physiques, de mener une vie saine, de consulter un ophtalmologiste deux fois par an et d’effectuer des traitements.

Les personnes à risque doivent être attentives et subir un examen médical à temps. Il est nécessaire d'abandonner l'utilisation excessive de l'ordinateur, de faire des exercices pour les yeux, de prendre des vitamines.

Une bonne nutrition, en évitant les mauvaises habitudes, aidera à minimiser le risque de facteurs héréditaires de la maladie et à éviter les TSH.

En Savoir Plus Sur La Vision